Catégorie : COMMUNICATION DU CHAT

Votre chat est-il heureux ? 10 signes signifiant qu’il vous aime

Chats bien être

Comment savoir si mon chat m’aime ? Mon chat est il heureux ?

 

Voici 10 signes à reconnaître qui montrent que votre chat est heureux avec vous

et qu’il vous aime… Mais ouiiiii

 

 

Yeux chats

1er signe : Votre chat vous regarde et plisse ses yeux légèrement : Le bonheur !

Cela signifie son bien-être, faites-en de même pour lui répondre ! Pour les félins, se regarder les yeux dans les yeux fixement est un moyen de se défier lors de bagarres. A l’inverse, s’il ferme les yeux, c’est qu’il est en pleine confiance et totalement zen !

 

chat ronronne

2ième signe : Votre chat ronronne lorsque vous le caressez, ou qu’il est sur vous.

Même si le ronronnement est encore un mystère pour les scientifiques, il y a de forte chance que votre chat vous fasse partager sa plénitude. En savoir plus sur le ronronnement du chat.

 

chat queue

3ième signe : Sa queue est « calme » et au repos, voir « rangé » autour de lui.

Il l’agite généralement lorsqu’il souhaite jouer ou qu’il a vu quelque chose d’intriguant.

 

 

chat montre ventre

4ème signe : Lorsque vous le caressez, votre chat vous montre son ventre : la confiance totalt

Il est en totale confiance avec vous car cette position est une position de soumission chez les félins.

chat bebe

5ième signe : Votre chat « masse » votre ventre: votre chat vous aime!

Cela lui rappel lorsqu’il était chaton et qu’il massait le ventre de sa mère pour tirer le lait maternel.

 

chat caresse

6ième signe : Votre chat « masse » dans le vide, ses pattes se rétractent et se contractent.

Même chose, cela lui rappel son enfance avec sa mère. Généralement lorsqu’il est assis, il cache ses pattes sous son torse, signe de confiance envers vous.

 

chat câlin

7ième signe : Votre chat bave lorsque vous le caressez : C’est un chat heureux !

C’est normal, il est simplement aux anges. Vous avez un chat heureux ! 

 

 

chat heureux caresse

8ième signe : Votre chat fait le dos rond ou gonfle son dos: il a besoin de calin..

Lorsque vous approchez, votre chat se frotte à tous les meubles autour :

Votre chat n’attend qu’une chose: que vous le caressiez, et votre présence le réjouit d’avance !

 

 

chat colle

9ième signe : Votre chat dort sur vous et vous colle : C’est l’amour fou avec votre chat

Il aime votre odeur, votre chaleur et bien sûr votre présence. En savoir plus sur la sieste du chat.

 

 

chat lèche

10ième signe : Votre chat vous lèche les mains ou le visage : HEUREUX !

Cela signifie qu’il vous affectionne, et votre chat veut mettre son odeur sur vous ! Vous lui plaisez et cela manifeste aussi sa tendresse envers vous.

 

 

Etes vous maintenant convaincue que VOTRE CHAT VOUS AIME et que vous le rendez HEUREUX ? Continuez comme ça..

 

 

 

 


Comprendre les miaulements du chat qui miaule

Apprendre à décoder son chat

Décoder son chat

Le chat qui miaule: Pourquoi mon chat miaule ? Que signifie le miaulement du chat ?

Tout d’abord, sachez qu’il existe différents types de miaulement chez le chat. En fonction de la façon dont votre chat miaule et de sa fréquence, cela peut vouloir dire différentes choses ! Comme pour les bébés, qui n’a jamais rêvé de pouvoir comprendre pourquoi les chats miaulent. Nous allons tenter d’y voir un peu plus clair et de comprendre le chat qui miaule.

Les miaulements de chat occasionnels

Voici les différentes façons dont un chat peut miauler de temps en temps et qui lui permettent de s’exprimer:

  • Le miaulement du chat classique : un peu aigu et bref

    C’est la miaou classique ! Votre chat miaule pour attirer votre attention : C’est le « je suis là ! »

  • Le miaulement de chat grave la bouche fermée : le ronronnement du chat

    Votre chat fait des ronrons ou le petit moteur ! C’est le moment des câlins ! Le chat nage en plein bonheur soit parce que vous venez de lui servir un bol de croquettes ou parce que vous être en pleine séance de câlin ! Si ce n’est pas le cas, c’est un moyen de vous dire de vous y mettre ! Le chat peut aussi exprimer sa joie d’avoir capturé une proie en ronronnant de la sorte. En savoir plus sur le ronronnement du chat.

  • Le miaulement très long et répété avec insistance

    Votre chat miaule longtemps et de manière répétée ? Il a l’air désespéré ? Votre chat a besoin de vous ! Soit parce qu’il a faim ou parce qu’il s’est enfermé tout seul dans un placard ! Sa litière est inaccessible ou vous l’avez enfermé sur la terrasse.. Quoi qu’il en soit, quelque chose ne va pas ! Il se peut que votre chat miaule avec insistance jusqu’à ce que vous interveniez.

  • Le miaulement rapide et répété

    Ce miaulement peu fort exprime le stress chez le chat ou le mécontentement. Votre chat essaye mais ne parvient pas à faire ce qu’il veut. Observez sa queue se balancer, avec un peu de chance, il regarde fixement ce qui le contrarie.

  • Le miaulement fort et sourd

    C’est le cri de guerre, utilisé par le chat en cas de bagarres par exemple ceci afin d’impressionner l’adversaire. Votre chat miaule fort et de manière agressive.

  • Le cri de la chatte en chaleur

    Ce miaulement de la chatte lors de ses chaleurs est particulier ! Miaulement très, très long, puissant et répété avec insistance, la chatte est alors en recherche de partenaire et le fait savoir ! A tout le quartier !! La plupart du temps, vous entendrez ces miaulements de la chatte en chaleur, la nuit.

Le miaulement n’est pas le seule moyen qu’a le chat pour s’exprimer, il peut « cracher », hérisser le poil pour montrer son mécontentement ou au contraire exprimer des signes qui montrent son bien être.

Le conseil de Tout Pour Mon Chat : Apprenez-vous et surtout à vos enfants à repérer ces signes de plaintes ou de mécontentement. Il est bon que les enfants sachent quand il est temps de laisser le chat tranquille.

Les races de chat et le miaulement

Certaines races de chat sont connues pour être particulièrement expressives et d’autres pas du tout !

Races de chat qui miaulent

  • Le siamois

  • L’abyssin

Races de chat qui ne miaulent pas (ou très peu)

  • Le maine coon

  • Le chartreux

  • L’exotic Shorthair

Miaulement de chaton. Pourquoi le chaton miaule tout le temps?

Lors des premiers jours qui suivent l’arrivée du chaton à la maison, il se peut que votre chaton miaule beaucoup. Les miaulements réguliers du chaton peuvent durer assez longtemps. Le chaton est désorienté suite à la séparation avec sa mère et ses frères et sœurs. En plus de cela, il se retrouve dans un environnement inconnu. Le chaton miaule afin d’exprimer son stress et miaule pour appeler sa famille. C’est un comportement normal. Pensez à le rassurer et a respecter nos conseils sur comment accueillir un chaton dans de bonnes conditions. Ce comportement peut durer quelques jours.

Mon chat miaule tout le temps ! Chat miaule beaucoup! Que faire ?

Si votre chat miaule sans arrêt, a coup sur nous parlons d’un miaulement très long et répété. Comme évoqué plus haut, ce type de miaulement exprime la plainte. De façon occasionnelle, votre chat comme nous l’avons dit est coincé dehors ou n’a plus accès à sa litière.
Si votre chat miaule de façon répétée, il se peut que son problème soit un peu plus gênant.

  • Les miaulements du chat expriment une douleur ou une gêne : observez-le de prêt et visitez votre vétérinaire si vous pensez qu’il puisse avoir un souci de santé.

  • Votre chat a faim ! tout le temps.. Espacez ses repas en petites doses, repérez les moments ou il se nourrit.. En savoir plus sur nourrir un chat combien de fois par jour

  • Votre chat n’aime pas être seul, s’ennuie en votre absence : trouvez lui des jouets pour chats

  • Votre chat miaule car il se sent stressé ou perdu, ne reconnait pas son environnement ! Peut-être venez-vous de modifier son espace. Dans ce cas, rassurez le et laissez-lui un peu de temps : voir notre article sur le stress du chat.

 

 

 

 


Pourquoi une telle passion des chats dans la population française ? Joël Dehasse

J’AI CONNU DES CAS DE TÉLÉPATHIE

ENTRE UN CHAT ET SON MAÎTRE”

 

Pourquoi une telle passion des chats dans la population française ? Joël Dehasse
Dans tout le monde occidental, le chat est en train de supplanter le chien comme animal domestique préféré. C’est d’une part une question de commodité – on peut avoir un chat en appartement, pas un chien, on peut laisser un chat seul pendant la journée sans inconvénient, pas un chien – mais c’est en même temps une marque d’évolution de la société. L’animal domestique est souvent un miroir de l’homme. Un chat symbolise la liberté ; un propriétaire de chat exprime ses valeurs d’indépendance et d’autonomie. Au contraire, les valeurs d’attachement et de soumission à l’autorité, dont le chien est la métaphore, sont en perte de vitesse dans la société d’aujourd’hui.

QUE NOUS APPORTENT LES CHATS ?

Si deux espèces – en l’occurrence les humains et les chats – cohabitent, c’est que chacune y trouve son compte. Pour le chat, c’est évident : l’humain le nourrit, le protège, lui permet d’allonger sa durée de vie. Mais pour l’homme ? De nombreuses études ont prouvé que les propriétaires d’animaux domestiques bénéficient d’effets apaisants. Ils sont moins stressés et courent moins de risques d’infarctus, par exemple.

 

 LES CHATS FONT ILS PARTIE DE LA FAMILLE ?

Des statistiques ont montré que plus une famille a de chats, moins elle a d’enfants. Et inversement. On peut donc penser assez raisonnablement que le chat, avec sa petite tête ronde, ses caresses et ses 5 à 7 kilos, est un substitut d’enfant. D’ailleurs, de même qu’un enfant, ses propriétaires doivent le nourrir et l’éduquer.

On a remarqué que les gens parlent souvent aux chats avec le même ton qu’ils emploient pour les petits enfants : plus lent, plus doux, plus caressant.

 

 UN CHAT DOIT IL ÊTRE TRAITE COMME UN ENFANT ?

Non, et surtout il ne faut pas traiter un chat (ni un enfant, d’ailleurs) comme une poupée. Il ne faut pas le transporter et le caresser à tort et à travers, mais respecter ses envies.

Exemple classique : le chat saute sur les genoux de son propriétaire. Il cherche une place douce et chaude – mais pas forcément des caresses. Or, l’homme va le caresser, le tripoter, alors que parfois il n’en a pas envie. Du coup, il griffe et/ou il fuit, ce qui n’est pas toujours bien compris par le maître

 

QUAND LE CARESSER, ALORS ?

Quand il en a envie. Il ne faut pas oublier non plus que les poils de chat attirent l’électricité statique. De plus, c’est la même voie neurologique qui amène au cerveau du chat le plaisir des caresses comme la douleur.

Du coup, trop de caresses peuvent être douloureuses. Il faut garder cela à l’esprit, ne caresser le chat qu’avec son accord et avec précaution. Par ailleurs, il faut bien sûr ne pas laisser de jeunes enfants seuls avec le chat, et les empêcher de le manipuler comme une peluche, de lui mettre des colliers qui l’étranglent, etc car l’animal pourrait devenir agressif.

 

PEUT ON COMMUNIQUER AVEC SON CHAT ?

Les chats parlent aux humains par l’intermédiaire de miaulements spécifiques, qu’on ne peut pas vraiment décoder scientifiquement mais qui se comprennent tout à fait dans le contexte, et qui sont particuliers à chaque animal. Ils miaulent différemment pour sortir, manger, être caressés mais ils peuvent aussi vouloir dire autre chose. Il faut savoir que les chats sont myopes, et voient flou au-delà de un mètre de distance. Ils ont donc des miaulements qui signifient : “es-tu là, est-ce bien toi ?” adressés à leur maître. Dans ce cas-là, il suffit que l’humain dise “mais oui, c’est moi” pour le tranquilliser. Enfin, il y a des cas de communication télépathique extraordinaire entre les chats et leur maître. Une fois, j’ai hospitalisé un chat très malade, et j’ai dit à sa maîtresse de me rappeler vers 18 h. A 13h59, le chat est mort. A 14h01, la propriétaire m’appelait, angoissée : elle avait pressenti que quelque chose n’allait pas Je connais un chat qui grimpe sur la table de la cuisine à chaque fois que sa maîtresse sort pour aller acheter du foie, et jamais autrement, même si elle sort, même si elle passe à la boucherie.

 

PEUT ON DRESSER LE CHAT ?

Les chats peuvent apprendre une quinzaine de mots et quelques tours dans le cadre d’un dressage, mais seulement si on titille leur fibre hédoniste. Le chat apprendra son tour s’il a l’espoir d’un jeu ou d’une récompense. Contrairement au chien, vous ne pourrez rien apprendre à un chat sous la contrainte : un chat qui a peur fuit systématiquement. En revanche, on peut et on doit éduquer le chat.

 

EN QUOI CONSISTE L’EDUCATION DU CHAT ?

De la même manière que l’humain doit respecter le chat, le chat doit apprendre à respecter des règles de vie : ne pas miauler à 5 heures du matin, ne pas monter sur la table, utiliser sa litière.

Mais pour l’éduquer, il faut d’abord comprendre ses besoins instinctifs. Par exemple, un chat a besoin de faire ses griffes. Si on veut qu’il cesse de martyriser le papier peint ou les rideaux, il faut non seulement le punir quand il s’y attaque, mais encore lui fournir un autre endroit où gratter (planche de bois, carton).

 

QUE SONT LES POUVOIRS DU CHAT ?

Ses vibrisses (moustaches) et ses yeux lui servent à se diriger dans le noir ; ses oreilles ultra-fines lui servent à entendre des ultrasons que même les chiens ne perçoivent pas. Un chat peut chasser en détectant les ultrasons de stress d’une souris.

 

POURQUOI ÊTES VOUS TANT AUTANT INTERESSE AUX CHATS ?

J’ai moi-même cinq chats, et je crois que – et cela rejoint ce que nous avons dit au début – j’aime ces animaux car il ne sont pas dépendants de moi. Ils rentrent, ils sortent, ils chassent dans le jardin, et ils se débrouillent très bien tout seuls lorsque je dois partir pour des petits voyages, ce qui arrive souvent. Bien sûr, ils causent parfois de petits drames : dernièrement, ils ont fait disparaître le poisson rouge d’un voisin.

 

 

 

 

http://sante.journaldesfemmes.com/psychologie/0409chats/2interview.shtml

Le chat, un thérapeute au poil

Ronronthéraphie« Ronronthérapie »…

Le nom fait sourire, et pourtant, c’est très sérieux. Le chat possède de véritables pouvoirs thérapeutiques : il nous apaise, nous déstresse, soigne nos insomnies et chasse nos idées noires !

Les soirs où je rentre stressée, sans aucune envie de communiquer avec des humains, je prends mon chat sur mes genoux et je lui raconte mes soucis, confie Zouhour, 48 ans, professionnelle du tourisme. Blotti contre moi, il me laisse parler sans me contredire, et son ronronnement régulier m’apaise. Quand je n’ai plus rien à dire, je me contente de le caresser en silence. Progressivement, j’accède à une sorte de béatitude inégalable. »

Plusieurs études récentes montrent que les gens qui vivent avec un chat jouissent d’une meilleure santé psychologique que ceux qui vivent sans (In Tout sur la psychologie du chat de Joël Dehasse – Odile Jacob, 2008). Tous les propriétaires constatent, jour après jour, le pouvoir de leur compagnon griffu, sans pour autant pouvoir l’expliquer. Paradoxalement, c’est une ancienne « ennemie » des chats, la journaliste Véronique Aïache, qui lève en partie ce mystère avec un beau livre intitulé La Ronron Thérapie. « Disons que ces animaux me laissaient indifférente,rectifie-t-elle. Mais ma fille a tellement insisté que je me suis laissé convaincre, et Plume est entrée dans ma vie. Je me suis surprise à me délecter de sa présence, et même à puiser dans ses ronronnements l’inspiration de mes écrits. Plume, 2 ans aujourd’hui, est devenue l’“âme de la maison”, comme disait Cocteau. En fait, j’ai écrit ce livre parce que je ne trouvais rien, en dehors d’infos éparses sur Internet, qui me permette de comprendre comment un simple ronronnement peut se révéler si précieux pour le corps et l’esprit. »

Des ronronnements anti-jet lag

Sans Jean-Yves Gauchet, vétérinaire toulousain et véritable inventeur de la « ronron thérapie », le livre n’aurait jamais vu le jour. Cette « thérapie », il l’a découverte sans l’avoir cherchée. « Tout a commencé en avril 2002, se souvient-il. J’étais en quête d’informations pour Effervesciences, la petite revue scientifique que je dirige sur le Net. Je suis tombé sur une étude d’Animal Voice, une association de recherche qui étudie la communication animale. Elle a repéré, statistiques à l’appui, qu’après des lésions ou des fractures, les chats ont cinq fois moins de séquelles que les chiens, et retrouvent la forme trois fois plus vite. D’où l’hypothèse d’une authentique action réparatrice du ronronnement : en émettant ce son, les chats résistent mieux aux situations dangereuses. » Car s’ils « vibrent » de bonheur en s’endormant, ils le font aussi quand ils souffrent et sont plongés dans des situations de stress intenses.

Jean Yves Gauchet publie aussitôt un article sur le sujet et propose à des volontaires de tester les pouvoirs du ronronnement grâce à un CD de trente minutes, Détendez-vous avec Rouky (Le CDDétendez-vous avec Rouky est disponible sur le site d’Eff ervesciences, 15 €) – le chat Rouky existe vraiment, il s’agit en fait de l’un de ses « patients ». Les résultats sont parlants : les deux cent cinquante « cobayes » ont ressenti du bien-être, de la sérénité, une plus grande facilité à s’endormir. D’un point de vue purement physique, ces sons sont des vibrations sonores étagées sur des basses fréquences de vingt-cinq à cinquante hertz. Ces mêmes fréquences qui sont utilisées par les kinés, les orthopédistes, et en médecine du sport pour réparer les os brisés, les muscles lésés et accélérer la cicatrisation. Les compositeurs de musiques de films utilisent aussi ces basses fréquences afin de susciter des émotions.

« Le ronronnement utilise le même chemin dans le cerveau, à travers le circuit hippocampe-amygdale, une structure étroitement liée au déclenchement de la peur, indique Jean-Yves Gauchet. Écouter ce doux bruit entraîne une production de sérotonine, l’“hormone du bonheur”, impliquée dans la qualité de notre sommeil et de notre humeur. » Le ronronnement « joue un peu le rôle de la madeleine de Proust, ajoute le praticien, sauf, bien sûr, si vous êtes encore traumatisé par ce chat qui vous a griff é au visage quand vous aviez 6 ans ». Récemment, il s’est aperçu que ces vibrations aidaient à réduire le jetlag, la fatigue liée au décalage horaire. Au printemps 2009, il a conçu, en collaboration avec le géant américain de l’informatique Apple, une application destinée aux téléphones portables iPhone. Le but : aider, après un voyage vers des rivages lointains, à récupérer le bon rythme plus rapidement grâce à une savante association de ronrons enregistrés, de conseils diététiques (notamment manger des noix), et la diffusion d’une lumière bleue générant la production de mélatonine.

Une éponge émotionnelle

Le chat ronronne pour se guérir, mais ronronne-t-il aussi volontairement pour nous faire du bien ? Nous aimerions le croire. Violaine, 40 ans, pharmacienne, témoigne : « Ma psychanalyste avait un chat. Il restait sagement à sa place, sauf dans des moments très difficiles où il grimpait sur le divan à côté de moi. »

Cela dit, Joël Dehasse, vétérinaire à Bruxelles, est formel : un chat vibre essentiellement pour accroître son propre confort. S’il est champion pour nous débarrasser de nos énergies négatives, c’est aussi parce qu’il a vérifié qu’un humain serein est plus attentif et répond mieux à ses besoins. Le chat est capable de repérer notre détresse instinctivement, grâce aux phéromones que nous émettons (chaque émotion a sa propre odeur). Rien de très altruiste, donc. Sauf allergie aux poils de chat, il n’y a que des avantages psychiques et physiques à vivre avec lui.

Véronique Aïache cite plusieurs expériences : « En 1982, Aaron Katcher, psychiatre américain, prouve en direct devant des caméras de télé que caresser un chat diminue l’anxiété, la tension artérielle, donc le risque d’infarctus. Dennis R. Ownby, responsable de la section allergo logie et immunologie de l’université de Géorgie, aux États- Unis, conclut, au terme d’une étude de sept ans, qu’en étant quotidiennement au contact de chats, on s’expose à des molécules connues pour leur efficacité protectrice du système immunitaire. » Mais, curieusement, si le chat possède des vertus antidépressives, il ne nous met pas de bonne humeur. « Il libère les humains de leurs énergies négatives, sans pour autant en apporter de positives, constate Joël Dehasse. Le bien-être ressenti est surtout lié à la disparition des humeurs sombres. »

 

 

http://www.psychologies.com/Planete/Les-animaux-et-nous/Articles-et-Dossiers/Le-chat-un-therapeute-au-poil

COMMENT AIDER VOTRE CHAT À SURVIVRE À UN DÉMÉNAGEMENT ?

COMMENT AIDER VOTRE CHAT À SURVIVRE À UN DÉMÉNAGEMENT ?

Mon chat est spécial. Je n’en ai jamais vu des comme lui ! Il n’est vraiment pas comme les autres. Il est… comment pourrais-je le décrire ? Oh, et puis, avouons-le : il est terrible ! Je n’ai jamais vu un félin usant d’une telle ruse et d’une telle hypocrisie, un chat si têtu de toute ma vie ! Et je ne dis pas ça parce que ça me fâche. C’est juste un fait ! Je croyais que c’était facile de faire en sorte qu’un chat s’adapte à notre vie, de le mettre à notre main et de  façonner sa personnalité en fonction de nos propres goûts. Même maître, même animal. Eh bien, j’ai eu ma leçon ! On peut essayer d’établir des règles avec  un peu de discipline ou de formation comportementale, mais il faut affronter cette vérité indéniable : la personnalité d’un chat ne se modèle pas facilement.

C’est pourquoi aujourd’hui, j’aimerais vous donner des trucs pour aider votre chat (et vous-même) à survivre à un déménagement.

 Je pense que je ne m’attendais pas à avoir un chat comme celui-ci parce que nous avons toujours eu des chats très dociles à la  maison dans mon enfance et mon adolescence (à moins que ce soit mes parents qui étaient des dresseurs fantastiques). Nous avons pu leur apprendre à obéir et même à faire des tours. Et le  chat que nous avons eu avec mon mari juste avant celui-ci  était si docile qu’en quelques minutes, mon conjoint lui avait appris à se retourner sur le dos. Cependant, comme les humains, les animaux ont leur propre personnalité. Les chats peuvent être particulièrement difficiles à dresser. Et ça a été ma réalité avec notre nouveau félin ! Malgré tous mes efforts, il refusait de rester à l’intérieur. Peu importe le temps ou l’attention que je lui accordais, il voulait sortir.

Il nous a fallu un certain temps pour comprendre pourquoi il miaulait tout le temps.  Et chaque fois que je disais « non » ou que je l’empêchais de faire quelque chose, il allait sournoisement dans mes valises ou mes vêtements faire pipi. Quand il s’ennuyait, il allait dans la  cuisine, ouvrait l’armoire et jetait tout par terre ! Avec un tel chat (qui, je l’avoue, m’a fait pleurer de désespoir plus d’une fois), vous pouvez imaginer que lorsque nous avons envisagé de déménager, j’ai anticipé le projet comme un vrai cauchemar !

En général, les chats ne sont pas fans du changement. Ils aiment la stabilité et règnent sur leur royaume et ses sujets (c’est à dire nous). Donc, un changement significatif dans leur routine peut vraiment être pour eux une source  de stress. (C’est un peu comme un renversement de leur régime !) En déménageant, vous découvrirez peut-être des facettes cachées de la personnalité de votre chat. Et pourtant, quand on déménage, on en a déjà assez comme ça à gérer entre les appels téléphoniques à faire, la planification, les boîtes, etc. Entendez-moi bien ! Je ne vous souhaite pas de vivre une révolution féline suite à votre déménagement… mais, disons que quelques suggestions glanées ici et là (et basées aussi sur ma propre expérience puisque j’en ai vécu de toutes les couleurs) pourront, je l’espère, vous aider à préparer votre chat à son installation dans son nouveau royaume.

1. Allez-y lentement

Ne vous précipitez pas. Prenez votre temps. Dans tous les cas, votre chat aura à s’habituer aux nouveaux éléments qui l’entourent mais, même avant cela, vous pouvez commencer à le laisser jouer dans les boîtes vides qui vont se remplir petit à petit. Vous pouvez préparer les boîtes en sa compagnie. Il en prendra l’habitude et ne verra plus toute cette agitation comme une menace puisqu’il en fera partie !

Le jour du déménagement, mettez-le dans une pièce fermée avec une litière, de l’eau et de la nourriture de sorte qu’il ne se sente pas agressé par les nouvelles personnes qui viendront vous aider et « détruire » tranquillement son monde.

Dans la nouvelle maison, placez-le aussi dans une pièce fermée que vous rendrez la plus confortable possible. Disposez des aliments qu’il aime un peu partout dans la pièce afin que cela le pousse à explorer ce nouveau lieu qu’il trouvera alors très intéressant puisqu’associé à quelque chose de positif !

Laissez-le explorer la nouvelle maison progressivement, à son rythme et, idéalement, quand tout le déballage est terminé. Vous pouvez procéder une pièce à la fois, afin qu’il ne se sente pas débordé ou stressé. Laissez-le jouer et courir.

2. Donnez-lui plus d’affection que d’habitude

Les chats sont très réceptifs à l’affection. En fait, ils se sentent rassurés si vous les caressez et jouez avec eux. Déménager est stressant pour vous aussi mais quand la tension monte, vous avez des méthodes pour l’évacuer : un jogging ou un souper avec un ami par exemple. Votre chat, lui,  ne peut pas verbaliser son stress et ses angoisses. C’est pourquoi il peut manifester ses émotions par des réactions inhabituelles comme se cacher, fuir, faire pipi en dehors de la litière, etc.

Pour éviter que cela se produise, ou tout au moins atténuer ces réactions, il faut donc le rassurer. Laissez-le dormir sur vos genoux, câlinez-le quand vous regardez la télévision, jouez avec lui, grattez-lui la gorge. (Je ne suis pas la seule à avoir remarqué que ça les fait craquer, n’est-ce pas ?) Votre chat a besoin de sentir que tout va bien, que vous l’aimez toujours, que vous ne l’avez pas abandonné et qu’il n’y a aucun danger quand il voit ces boîtes terrifiantes et imposantes dans le salon. Cette étape peut être répétée encore et encore ! Avant, pendant et après le déménagement, donnez-lui encore plus d’amour que d’habitude.

3. Conservez la même routine

Comme je l’ai déjà mentionné, les chats ne sautent pas de joie à l’idée même du changement. Alors, pour que le vôtre ne soit pas trop contrarié ou déstabilisé, essayez de maintenir sa routine aussi longtemps que vous le pourrez. Pour l’aider à cet égard, essayez, vous aussi, dans la mesure du possible, de garder les mêmes habitudes. Vos allées et venues quotidiennes peuvent sembler bénignes à vos yeux, mais elles sont un point de repère significatif pour lui. Si vous le négligez parce que vous avez beaucoup à faire avant de sortir, si vous revenez à trois heures et oubliez de le nourrir, si de nouvelles personnes viennent tout à coup chez vous, votre chat ressentira un stress évident. Essayez de le nourrir à des heures régulières, d’aller vous coucher à la même heure chaque soir et assurez-vous que vous lui donnez de l’attention avec constance.

4. Déplacez la litière petit à petit

Si votre chat se met à faire pipi en dehors de sa litière, cela vient sans doute  du stress, mais cela peut aussi être dû au nouvel emplacement qui ne convient pas.  Votre chat est peut-être désorienté et tout simplement pas capable de la trouver, au-delà du fait qu’il est peut être bouleversé et veut que vous le sachiez ! Si vous avez créé une pièce pour votre chat à l’arrivée dans votre nouveau domicile, ne déménagez pas sa litière soudainement dans un autre endroit. Allez-y de manière progressive en la poussant de quelques mètres chaque jour jusqu’à sa destination finale. De cette façon, il s’habituera progressivement.

5. Si votre chat va dehors, attendez avant de le laisser sortir

Chaque chat est différent, mais une chose est sûre : vous voulez qu’il comprenne  que ce nouveau « royaume » est le sien et que ses « sujets » sont toujours les mêmes !

J’ai un ami dont le chat a été assez intelligent pour sortir le premier jour de son arrivée et revenir tranquillement la nuit par la fenêtre arrière après avoir exploré son nouveau domaine.  Vous pouvez prendre ce risque si vous le souhaitez, mais je ne pense pas que tous les chats soient en mesure de retrouver leur chemin dès le premier jour. Laissez-le explorer d’abord  la maison, au moins pendant quelques jours. Beaucoup de gens attendent trois ou quatre semaines avant de laisser leur chat sortir. C’est ce que conseillent la plupart des sites que j’ai consultés… et c’est ce que j’ai voulu faire moi aussi.

La première journée ne s’est pas trop mal passée,  la deuxième était tolérable. Mais les jours suivants furent une torture complète ! Mon chat grattait tout, miaulait sans cesse, faisait pipi sur tout (vêtements, valises, sacs à dos, piles de papier, sous-vêtements). Et je ne vous raconte pas tout ! Il courait comme un fou. (J’ai d’ailleurs vraiment cru qu’il l’était devenu !) Donc, pour soulager ma souffrance (et surtout la sienne), je l’ai laissé aller à l’extérieur, puisqu’il semblait avoir désespérément besoin d’air frais. J’ai pris le risque. Je craignais surtout qu’il aille loin, se perde ou pire, traverse la route près de la maison. Mais je lui ai fait confiance, car il est très intelligent. Il a fait le tour, exploré le quartier, trouvé de nouveaux endroits pour se promener et de nouvelles souris à manger et est revenu épanoui et si fatigué qu’il est venu se prélasser sur mes genoux et chercher l’amour que tous les nouveaux environnements du monde ne pouvaient lui offrir.

Vous comprenez que ce que je veux dire : si votre chat peut supporter d’être à l’intérieur, malgré son habitude, tant mieux. Laissez passer le temps et, après quelques semaines, laissez-le aller dehors. Mais s’il est comme le mien et que tout le monde (lui y compris) est au bord de la crise de nerfs, vous pouvez choisir de lui faire confiance et de le laisser se balader un peu, en l’appelant de temps en temps avec des friandises pour qu’il n’aille pas trop loin et revienne vers vous.

Faites de votre mieux pour faire les choses progressivement, donnez-lui de l’amour, gardez un horaire régulier, déplacez la litière progressivement et attendez un certain temps avant de le laisser sortir.

Vous n’êtes pas obligé de faire tout cela. À vous de choisir les conseils qui peuvent vous  être utiles afin de favoriser la transition. Et qui sait ? Peut-être votre félin préféré reprendra-t-il  les rênes du pouvoir de son nouveau royaume plus tôt que vous ne le pensiez !

Mon chat est spécial. Je n’ai jamais vu un chat comme lui. Il n’est vraiment pas comme les autres. Il est… comment pourrais-je le décrire ? Oh, avouons-le : mon chat est LE PLUS MERVEILLEUX CHAT DE LA TERRE ! Je n’ai jamais tant aimé un animal de ma vie. Il a besoin de tonnes d’amour, aime se blottir l’après-midi sur notre lit et il est à croquer quand il dort. Et quand je le regarde comme ça, j’oublie toutes ses bêtises et je me dis que personne n’a de meilleur chat que moi !

Mais c’est sûrement ce que vous vous dites aussi !

 

 

 

 

 http://www.homeoanimo.com/?comment-aider-votre-chat-a-survivre-a-un-demenagement&rfsn=286951.7d5a2

error: Contenu protégé !!!