LES CYSTITES CHEZ LE CHAT

 

Une cystite est une inflammation de la vessie. Ce n’est pas le nom d’une maladie mais plutôt d’un ensemble de symptômes pouvant être causé par plusieurs maladies. Les signes de cystites sont un motif fréquent de consultation chez le vétérinaire, notamment en urgence.

Quels sont les signes cliniques d’une cystite ?

Les signes de cystite sont facilement reconnaissables. Tout d’abord, les chats atteints présentent une difficulté à uriner appelée dysurie : le chat reste longtemps en position alors qu’il n’émet que peu d’urines. Attention, cette dysurie peut être confondue de premier abord avec une constipation. Souvent, une pollakiurie est aussi présente : le chat émet fréquemment de petites quantités d’urines, les allers-retours à la litière sont fréquents. Enfin, la présence de sang dans les urines est parfois présente : elle n’est pas systématique et bien qu’effrayante, n’est pas un critère de gravité lors de cystite.

Une douleur lors des mictions peut également être observée, ainsi que l’émission d’urines dans des endroits inappropriés. Il ne s’agit pas vraiment d’une malpropreté mais d’un besoin impérieux d’uriner. Chez les chats mâles, un léchage intempestif du pénis est souvent observé.

Des symptômes généraux peuvent également survenir, ils traduisent le stress et la douleur ressentis par l’animal : agitation, inappétence, comportement inhabituel.

Une complication grave peut survenir chez les chats mâles : l’obstruction urinaire. Les symptômes sont alors plus inquiétants : anorexie totale, abattement, douleur prononcée, vomissements ou encore difficultés locomotrices.

Les différentes causes des cystites

La cystite idiopathique est la plus fréquente : elle concerne environ 2 chats sur 3 présentés au vétérinaire pour des symptômes de cystite. Le terme idiopathique signifie que sa cause n’est pas connue. Son diagnostic passe donc par l’exclusion des autres causes de cystite. La cystite idiopathique a fait l’objet de nombreux travaux de recherche car elle est un modèle animal spontané de la cystite interstitielle rencontrée chez la femme. Malgré une compréhension incomplète des mécanismes mis en jeu, de nombreuses modifications vésicales mais aussi générales ont été mis en évidence, tout particulièrement au niveau du système nerveux. Les chats atteints semblent réagir de manière anormale à certains stimuli stressants de leur environnement. Un événement particulier comme un déménagement, un départ en vacances ou l’introduction d’un nouvel animal dans le foyer peut servir de déclencheur à une crise de cystite idiopathique.

Les calculs urinaires sont la deuxième cause la plus fréquente de cystite chez le chat (environ 15% des cas). Ces calculs peuvent causer une cystite mais également une obstruction urinaire. Une radiographie ou une échographie de l’abdomen peuvent mettre en évidence les calculs.
Radiographie abdominale chez un chat Persan montrant des signes de cystite. Plusieurs calculs sont nettement visibles dans la vessie.

Les infections urinaires sont peu fréquentes. Elles sont rencontrées la plupart du temps chez des chats âgés. L’infection urinaire se diagnostique sur une analyse urinaire standard éventuellement complétée par une bactériologie urinaire.

Les tumeurs vésicales ou urétrales sont beaucoup plus rares. Elles se développent plus volontiers chez des chats âgés. Leur diagnostic peut parfois être complexe et nécessite la mise en œuvre d’examens d’imagerie et la réalisation de prélèvements à visée diagnostique (biopsies).

Le stress est sans nul doute un facteur dominant. Tout élément venant perturber votre chat dans son environnement peut être déclencheur.

  • déménagement
  • vacances
  • changement de mobilier
  • arrivée ou départ d’un habitant
  • arrivée ou départ d’un congénère (autre chat ou chien)

L’alimentation fait également partie des facteurs à risque. Certains aliments sont en effet très chargés en minéraux. Les urines sont alors plus riches en magnésium, calcium, phosphates… De part la forte concentration urinaire propre à l’espèce féline, ces minéraux peuvent facilement précipiter en cristaux. On part alors de cristallurie. Les calculs (ou petites pierres dans les urines) se forment par l’agglomération de cristaux. Ainsi, une alimentation très riche en minéraux est donc déconseillée.

La déshydratation
Le chat est par nature un animal adapté à la vie désertique. Ainsi, son organisme est programmé pour fonctionner avec un apport d’eau minimal. De ce fait, le chat boit extrêmement peu et ses urines sont très concentrées, retenant l’eau au maximum. Cette forte concentration urinaire fait partie des éléments favorisant les cystites.

La litière
Le chat est maniaque. Sa litière doit être étincelante pour qu’il daigne y faire ses besoins. Une litière sale peut être la cause d’une rétention urinaire favorisant la cystite.


Comment soigner une cystite chez le chat ?

La première chose est de s’assurer de la propreté de la litière. La changer tous les jours et nettoyer le fond du bac avec de l’eau de javel. Le nombre de litière est égal au nombre de chat +1. Soit 2 litières pour 1 chat, 3 pour 2 chats, 4 pour 3 chats…

Multiplier les points d’abreuvement dans la maison. Votre chat suit le même sentier dans son milieu de vie. Installer sur ce trajet plusieurs bols d’eau à changer plusieurs fois dans la journée pour le motiver à boire. Afin d’augmenter sa prise de boisson, vous pouvez également acheter chez votre vétérinaire ou en animalerie une fontaine à eau pour chats.

Comme nous l’avons vu plus haut, l’alimentation joue un rôle majeur. Ainsi, en cas de cystite, il est capital de mettre en place une alimentation spécifique prescrite par votre vétérinaire.

Les médicaments

En cas de cystite, les antibiotiques sont souvent peu utiles puisque les infections urinaires sont très rares chez le chat (moins de 5% des cas). Ainsi, les médicaments prescrits pour soigner une cystite cher le chat visent surtout à traiter l’inflammation (anti inflammatoires, anti spasmodiques).

Le sondage urinaire
Il est réservé aux chats en obstruction urinaire. Votre vétérinaire devra dans ce cas sonder votre compagnon afin de lever le blocage et d’éviter une rupture de la vessie ou une insuffisance rénale irréversible. Une fois sondés, les animaux sont hospitalisés pendant 48 heures pour éviter les récidives et les séquelles d’une obstruction.

La chirurgie ou urétrostomie
En cas de récidive après un premier sondage, la chirurgie est indiquée pour soigner une cystite chez le chat. Elle permet le retrait de la dernière portion de l’urètre (ou urètre pénien). C’est dans cette partie que les obstructions urinaires se situe classiquement car le diamètre de l’urètre est divisé par 3 dans cette région. Ainsi, on retire le pénis pour pouvoir recréer un orifice urinaire plus grand et éviter ainsi de nouvelles obstructions.

Extrait : veterinaire-alliance.fr