Comment traiter un chat empoisonné

danger poison chat

D’après une enquête faite auprès des urgences vétérinaires, près de 10% des appels donnés par les propriétaires de chats concernent un empoisonnement éventuel. En raison de leur nature curieuse et de leur obsession pour la propreté, les félins domestiques peuvent parfois se trouver dans des situations dangereuses. Les poisons les plus couramment rencontrés par les chats sont les insecticides, les produits ménagers, les plantes toxiques ainsi que certains aliments destinés aux humains qui contiennent des substances chimiques qu’un chat ne peut pas assimiler. Commencez par la première partie pour savoir comment traiter un chat empoisonné.

 

PARTIE 1 : PRENDRE DES MESURES

1) Reconnaissez les symptômes d’un empoisonnement.

Un chat peut souffrir d’un empoisonnement si vous observez l’un des symptômes suivants.

  • Des difficultés respiratoires
  • Des vomissements et/ ou de la diarrhée
  • Des irritations gastriques
  • De la toux et des éternuements
  • Un abattement subit
  • Une salivation intense
  • Des tremblements et des contractions musculaires involontaires
  • Une faiblesse et un éventuel état d’inconscience
  • Des pupilles dilatées
  • Un besoin fréquent d’uriner
  • Des frissons

2) Mettez votre chat dans un local bien aéré. Quand vous soupçonnez votre chat d’être empoisonné et qu’il est couché sans connaissance ou très faible, emportez immédiatement l’animal dans un endroit bien aéré et clair.

  • La première réaction d’un chat qui ne se sent pas bien est de se cacher. Vous devez surveiller les symptômes de l’animal s’il a été empoisonné. Il n’est donc pas indiqué de le laisser se cacher quelque part. Prenez le chat dans vos bras et emportez-le dans une pièce sûre où il ne peut pas se cacher. La cuisine ou la salle de bains convient parfaitement car vous avez besoin d’accéder à une source d’eau.
  • Enlevez précautionneusement ce qui a causé l’empoisonnement et mettez-le à l’abri des autres animaux ou des humains, si le produit se trouve à proximité.

3) Appelez immédiatement un vétérinaire. Vous pouvez aussi appeler un service d’urgences vétérinaires en faisant le 77, lequel vous reliera automatiquement à une clinique proche de chez vous. C’est la première chose à faire une fois que vous avez mis le chat en sécurité.

  • Une écoute vétérinaire professionnelle vous aidera à ne pas vous affoler et peut vous donner des instructions claires sur ce que vous devez faire ou si vous pouvez donner au chat empoisonné un antidote. Les chances de survie de votre animal seront plus grandes si vous appelez un vétérinaire le plus vite possible.

4) Identifiez le poison si c’est possible. Cela vous permettra de savoir si vous pouvez ou non faire vomir le chat. Si vous avez accès à la nature du poison, vous devez noter les informations suivantes : le nom du produit, les ingrédients actifs qu’il contient et leur virulence. De plus, vous devriez estimer la quantité de produit que le chat a pu avaler – la boîte était inentamée ? Quelle quantité de produit a été consommée ?

  • Recherchez la nature exacte des ingrédients actifs si vous pouvez accéder à Internet à ce moment-là. Il est utile de bien cibler votre recherche en voyant si le produit est toxique pour les chats.
  • Certains produits peuvent être sans danger pour les chats et vous n’avez donc rien de plus à faire si vous découvrez que c’est le cas. L’étape suivante consiste à faire vomir (ou non) le chat si la substance est toxique.

5) Ne tentez pas de soigner le chat par vous-même, sauf si vous savez que faire. Ne donnez pas de nourriture, ni de lait, ni d’huile ni aucun remède maison à votre minou, sauf si vous connaissez la nature du poison avalé par le chat ainsi que les recommandations précises dans ce cas de figure. Le fait de donner n’importe quoi au chat sans avoir suivi les conseils d’un vétérinaire ou d’un centre d’appel d’urgences vétérinaires peut encore aggraver l’état de votre animal.

  • Le vétérinaire ou le centre d’appel d’urgences sera mieux habilité à déterminer ce que vous devez donner à votre chat empoisonné. Vous ne perdez pas de temps, vous vous montrer simplement pragmatique.

6) Ne faites pas vomir votre chat, sauf si on vous a demandé de le faire. Ne tentez rien sur l’animal sans avoir eu des instructions d’un vétérinaire ou d’un centre d’appel d’urgences vétérinaires. Certains poisons – surtout des acides corrosifs – peuvent provoquer plus de dégâts si vous faites vomir l’animal. Ne donnez un émétique que dans les cas suivants.

  • Le poison a été avalé dans les deux dernières heures
  • Le chat est conscient et capable d’avaler
  • Le poison n’est PAS un acide, un alcalin puissant ou un dérivé de pétrole
  • Vous connaissez parfaitement la nature du produit ingéré par le chat
  • Un poison qui est resté dans l’estomac pendant plus de deux heures aura déjà été digéré et sera passé dans le sang. Il est donc inutile de faire vomir le chat.

7) Sachez que faire avec des acides, des alcalins puissants et des dérivés de pétrole. Ces produits peuvent provoquer des brûlures caustiques. Indépendamment du moment où ils ont été ingérés, vous ne devez JAMAIS faire vomir l’animal car cela pourrait endommager la gorge et la gueule du chat quand le poison remonte le long de l’appareil digestif.

  • Les acides et alcalins puissants se trouvent dans les produits antirouille, les dissolvants et les produits de nettoyage comme l’eau de javel. Les produits à base de pétrole sont le gaz des briquets, l’essence et le kérosène.
  • Comme mentionné plus haut, vous ne devriez pas faire vomir le chat, mais plutôt l’encourager à boire du lait entier ou un oeuf battu. Servez-vous d’une seringue en plastique pour les bébés si le chat ne boit pas de lui-même et injectez le lait dans sa gueule. Cela l’aidera à diluer et neutraliser l’acide. Un oeuf cru battu a des propriétés similaires.

8) Procédez correctement si vous devez faire vomir le chat. Vous aurez besoin d’eau oxygénée à 3 % – elle ne doit pas être plus concentrée – ainsi qu’une cuiller à café ou une seringue pour bébé. L’introduction de l’eau oxygénée sera plus facile avec la seringue qu’avec une cuiller. Voici ce que vous devez savoir.

  • La dose d’eau oxygénée est de 5 ml pour 2kg par prise. Un chat pèse en moyenne 4 kg, il vous faudra donc environ 10ml d’eau oxygénée (ou deux cuillerées à café). Répétez l’opération toutes les dix minutes en injectant au maximum trois doses de produit.
  • Pour ce faire, tenez fermement le chat et introduisez doucement la seringue dans la gueule de l’animal. Poussez le piston de la seringue et laissez progressivement s’écouler le produit le long de la langue du chat. Laissez chaque fois au chat le temps d’avaler et n’envoyez pas tout le contenu de la seringue d’un seul coup, car vous pourriez engorger sa gueule, ce qui va introduire de l’eau oxygénée dans les poumons.

9) Utilisez du charbon végétal activé. Après avoir fait vomir l’animal, votre objectif est de réduire l’absorption du poison qui reste stocké dans la partie inférieure des intestins. Pour ce faire, vous avez besoin de charbon végétal actif. La dose est de deux grammes par kilo de poids du chat. Un chat de poids moyen aura donc besoin de huit grammes de charbon.

  • Faites dissoudre la poudre dans la plus petite quantité d’eau possible, pour former une pâte épaisse et introduisez-la dans la gueule de l’animal à l’aide de la seringue. Répétez l’opération toutes les deux à trois heures et ce à quatre reprises.

10) Une fois que le pire est passé, vérifiez s’il n’y a pas des traces du poison sur le pelage du chat. L’animal peut s’empoisonner à nouveau s’il reste du poison sur son pelage quand il fait sa toilette. Brossez le chat si le poison est sous forme de poudre. S’il s’agit d’un produit épais comme du goudron ou de l’huile, vous devriez utiliser un produit spécial qui dissout les graisses tenaces (utilisé par les garagistes pour se laver les mains) que vous ferez pénétrer dans le pelage et que vous rincerez soigneusement à l’eau.

  • En dernier recours, vous pourriez aussi couper les poils les plus sérieusement endommagés à l’aide de ciseaux. Il vaut mieux prévenir que guérir !

11) Obligez le chat à boire de l’eau. La plupart des poisons sont toxiques pour le foie, les reins ou les deux. Pour réduire le risque d’abîmer les organes, assurez-vous que le chat boive suffisamment. S’il ne boit pas spontanément, vous pouvez introduire de l’eau dans sa gueule avec la seringue. Introduisez l’eau progressivement et attendez qu’il ait bien avalé avant de poursuivre.

  • Un chat a besoin de boire en moyenne un quart de litre d’eau par jour, n’ayez donc pas peur de remplir la seringue à plusieurs reprises !

 

12) Récupérez un échantillon du poison. Ajoutez-y aussi l’étiquette du produit, l’emballage et le flacon, de telle sorte que le vétérinaire ou le centre d’appel d’urgence ait toutes les informations nécessaires. Vos agissements peuvent aider plus tard d’autres propriétaires de chats dans une situation similaire (et aussi les minous !)

 

PARTIE 2 : TENIR COMPTE D’AUTRES CAUSES D’EMPOISONNEMENT COURANTES

  1. Traitez un empoisonnement à l’arsenic. Ce type d’empoisonnement est causé par une variété de composants organiques ou non que l’on trouve couramment dans les insecticides, pesticides et raticides.

  • Les symptômes d’un empoisonnement à l’arsenic sont une diarrhée intense et très liquide qui peut aussi être sanguinolente, de la faiblesse, de l’abattement, un pouls faible et un arrêt cardiaque. Cela est dû à une inflammation aiguë d’organes tels que les reins, le foie ou d’autres organes internes.

  • Pour le traitement, provoquez un vomissement en donnant au chat de l’eau oxygénée (comme décrit ci-dessus), après quoi vous administrez une dose de charbon végétal activé, suivie (deux heures plus tard) d’une dose de pectine de kaolin pour protéger l’estomac. #Gérez un empoisonnement au goudron (que l’on trouve dans les désinfectants ménagers). Ces produits comprennent souvent des créosotes, du phénol, du goudron et de la poix. Cela peut paraître insolite, mais ces produits se retrouvent dans la plupart des désinfectants ménagers. Ces substances sont aussi toxiques pour les chats et peuvent être facilement absorbées par la peau.

  • Ces poisons stimulent le système nerveux, affaiblissent le coeur et attaquent les reins, ce qui conduit à un état de faiblesse général, un manque de coordination dans les mouvements, un ictère, une paralysie temporaire, un coma et parfois la mort de l’animal.

  • Il n’existe aucun traitement précis, mais on peut administrer un remède qui soulage comme le charbon et une solution saline, suivis de blancs d’oeufs pour diminuer l’effet corrosif du poison.

2) Traitez un empoisonnement au cyanure. On trouve du cyanure dans les plantes, dans les engrais chimiques et les raticides, mais la cause d’empoisonnement la plus courante reste l’ingestion de plantes qui contiennent du cyanure comme la passiflore, le sorgho, les feuilles de pommier, le maïs, le lin et l’eucalyptus.

  • les symptômes peuvent apparaître après dix à quinze minutes et on peut observer une excitabilité accrue de l’animal suivie de difficultés respiratoires qui peuvent conduire à une asphyxie. Bien que ce soit plus courant parmi le bétail, les petits animaux comme les chats peuvent aussi en souffrir en raison de leur comportement curieux.

  • Le vétérinaire doit immédiatement administrer du nitrate de sodium.

3) Traitez un empoisonnement au glycol d’éthylène (un antigel pour les automobiles). Ce type d’empoisonnement est plus courant chez les chats et chiens à cause de son goût sucré qui attire les animaux de compagnie et se trouve d’accès facile et en vente partout.

  • Les symptômes immédiatement repérables d’une intoxication à l’antigel sont des vomissements, des désordres neurologiques, une paralysie ainsi qu’une perte d’équilibre.

  • Vous pouvez traiter ce type d’intoxication en faisant vomir l’animal et en lui administrant une dose de charbon végétal activé et de sulfate de sodium une à deux heures après l’ingestion du poison.

4) Traitez un empoisonnement au fluor. On peut observer un empoisonnement aigu après l’ingestion de fluor contenu dans les raticides, les produits contre les acariens et les dentifrices et bains de bouche. Tous ces produits peuvent être une menace pour les chats et chiens.

  • Les signes d’intoxication sont une gastro-entérite, un rythme cardiaque accéléré, une grande nervosité et malheureusement aussi le décès de certains animaux.

  • Pour traiter des animaux sévèrement intoxiqués, il faudra procéder à une intervention vétérinaire qui injectera du gluconate de calcium en intraveineuse ou de l’hydroxyde de magnésium pour capter immédiatement les ions de fluor.

5) Gérez un empoisonnement au chocolat. La théobromine et la caféine sont des méthylxanthines. Ces substances sont sans danger pour les humains car notre organisme possède les enzymes qui peuvent les assimiler. D’un autre côté, les chats et chiens ne possèdent pas ces enzymes, ce qui rend le chocolat toxique pour eux.

  • Les signes d’un empoisonnement au chocolat se produisent habituellement six à douze heures après l’ingestion. Les symptômes comprennent une soif intense, des vomissements, une salivation abondante, de la diarrhée, un ventre distendu ainsi que de l’agitation. Plus tard, ces signes vont évoluer vers une hyperactivité, un besoin d’uriner fréquent, des tremblements, une tachycardie, des difficultés respiratoires ou un arrêt cardiaque.

  • Un animal qui vient d’avaler du chocolat devrait en premier lieu recevoir un émétique sous la forme d’une dose d’eau oxygénée à 3% jusqu’à ce qu’il ait vomi. Si votre chat a avalé du chocolat quelques heures plus tôt, il vaut mieux l’emmener chez un vétérinaire car le traitement se fera en fonction des symptômes, lequel implique une médication assez complexe.

    • On estime le taux de théobromine de 100 à 160 mg pour 30 g de chocolat au lait ou noir. La dose toxique de théobromine se situe aux alentours de 100 à 200 mg par kilo de l’animal, ce qui fait environ 300 g de chocolat (ce qui est tout de même énorme !) Vous ne devriez donc pas donner de chocolat à vos animaux de compagnie.

6) Traitez une intoxication au raisin. Il s’agit d’un empoisonnement assez rare chez les chiens et très anecdotique chez les chats. Le mécanisme exact reste inconnu, mais l’empoisonnement conduit à une insuffisance rénale. La dose toxique chez un chien est d’environ 30 g de raisin par kilo de poids, il en faut donc beaucoup moins pour empoisonner un chat.

  • Les signes de ce type d’empoisonnement sont des vomissements et une diarrhée, un état de faiblesse, une soif intense, une incapacité d’uriner ainsi qu’un blocage des reins.

  • Vous devez immédiatement faire vomir le chat avec de l’eau oxygénée à 3%. Après quoi, l’animal doit être conduit chez le vétérinaire où ce dernier stimulera les fonctions urinaires sous forme d’injections en intraveineuse.

7) Soignez une intoxication à l’alcool. Le méthanol, l’éthanol et l’isopropanol sont les alcools les plus couramment rencontrés dans le cas d’empoisonnements d’animaux. L’éthanol est présent dans les boissons alcoolisées, l’alcool à brûler, la levure de boulangerie et les sirops contre la toux. On trouve généralement du méthanol dans les produits lave-glace pour les voitures. L’isopropanol se trouve couramment dans l’alcool à brûler ainsi que dans les produits liquides pour traiter les puces. Il est aussi deux fois plus dangereux que l’éthanol.

  • Les doses toxiques vont de 4 à 8 ml par kilo de poids et vous devez prendre vos précautions quand vous utilisez des produits contenant de l’alcool. Vous devez les ranger à l’abri des animaux et des enfants. L’alcool peut aussi être absorbé par la peau et les chats y sont très sensibles. Vous devez donc éviter de vaporiser un produit liquide contre les puces sur un chat.

  • Les symptômes évoluent très vite et peuvent s’observer entre 30 et 60 minutes après l’ingestion. Ils comprennent des vomissements, de la diarrhée, un défaut de coordination et de la difficulté à respirer. Dans les cas les plus graves, le chat meurt d’étouffement.

  • Les premiers secours consistent à bien aérer l’animal et à l’aider à vomir avec une dose d’eau oxygénée à 3%, si le produit a été avalé récemment.

8) Traitez une intoxication à l’eau de javel et au chlore. On l’utilise couramment pour nettoyer la salle de bains et les piscines et elle contient des hypochorides de sodium. Les animaux entrent souvent en contact avec ce produit en mâchant des bidons d’eau de javel ou s’ils boivent à partir d’un récipient qui contient ce produit, ou même en buvant l’eau chlorée d’une piscine qui vient d’être nettoyée.

  • Les manifestations d’un empoisonnement à la javel et au chlore sont les vomissements, une salivation intense, de l’abattement, une perte d’appétit et de la diarrhée.

  • Donnez du lait ou du lait diluée dans l’eau. Le lait est un agent de liaison qui emprisonne les particules de chlore. Il ne faut pas faire vomir l’animal car cela peut aggraver son état. En cas de contact avec la peau de l’animal, il faut baigner le chat avec l’accord du vétérinaire et utiliser un shampooing doux ou spécial pour chats puis rincer soigneusement.

9) Soignez un empoisonnement à l’insecticide. Des insecticides variés contenant des ingrédients actifs différents peuvent provoquer une intoxication aiguë ou chronique chez un chat. Ces produits contiennent souvent de la perméthrine, des composants chlorés ou des pyréthroïdes.

  • Les indices d’empoisonnement sont une salivation excessive, des besoins d’uriner fréquents, des difficultés respiratoires, des coliques, une paralysie et des convulsions.

  • Vous devriez administrer du charbon activé suivi d’un émétique à base d’eau oxygénée à 3%. Il vaudrait mieux appeler tout de suite le vétérinaire dans le cas d’une intoxication à un insecticide. Ce dernier pourra administrer un antidote précis suivant le type d’ingrédient actif contenu dans le produit.

10) Traitez un empoisonnement à la cantharide. Les coléoptères surtout contiennent une substance toxique nommée cantharidine. Cette substance est très irritante et provoque la formation de pustules sur la peau et les muqueuses du chat. Une quantité de poudre de cantharide aussi infime que 4 à 6 g peut être toxique pour un chat.

  • Les symptômes d’un empoisonnement de ce type sont des douleurs abdominales, de l’abattement, ainsi que des irritations au niveau du tube digestif et de la vessie. Les muqueuses plus foncées de l’animal sont les caractéristiques flagrantes de ce type d’intoxication.

  • Il n’existe pas de traitement précis, mais une prise de charbon activé peut soulager l’animal si l’empoisonnement est détecté assez tôt.

Conseils

  • Dans tous les cas de figure, il vaut mieux faire appel à un vétérinaire.