PRENDRE SOIN DES YEUX DU CHAT

Vétérinaire

Prendre soin des yeux de son chat est primordial. Les yeux et tout ce qui est en périphérie ou annexe (paupières, membrane nictitante, etc…) peuvent être le siège d’affections. Les plus courantes et les moins graves, si l’on peut dire, sont les conjonctivites et les blépharites. Les conjonctivites sont une irritation autour du globe oculaire. Les blépharites sont une inflammation au niveau des paupières. Ces inflammations sont considérées comme banales, mais non soignées peuvent dégénérer rapidement.

Lors de ces affections on constate souvent une rougeur de l’œil (due à l’irritation) et parfois aussi d’un écoulement relativement liquide comme des larmes, ou plus épais gluant et blanchâtre, ou même de pus en cas d’infection bactérienne. Il est souvent difficile aux propriétaires d’animaux de faire la différence entre du pus et du mucus… Il ne faudra donc jamais négliger un larmoiement des yeux, liquide ou non.

Sauf en cas virus, on peut limiter ces risques en nettoyant régulièrement l’œil et les paupières. Cette action a pour but d’éliminer les impuretés accumulées dans l’œil durant la promenade par exemple (poussière, brins d’herbe, etc…). Le nettoyage des yeux est essentiel pour les sécrétions qui encombrent notamment le coin de l’œil et les résidus de larmoiements avant toute application d’un collyre ou pommade ophtalmique.

IFrameA noter :

Chez les chats et les chiens avec un museau court et renfrogné, tel que le persan ou les boxers par exemple, ils ont tendance à présenter davantage d’écoulement larmoyant qui, si l’on n’y prend garde va vite s’agglutiner au coin de l’œil et leur occasionner un gêne non négligeable et salir le contour de l’œil. Cela se voit très vite chez les animaux au pelage clair, et si les yeux ne sont pas nettoyés quasi-quotidiennement, vous verrez apparaître une trace brunâtre inesthétique. Par ailleurs pour les animaux à poils longs, il est fréquent que les yeux soient irrités par le frottement constant des poils ; ce qui, à longue génère une forme d’irritation avec ou sans larmoiement. Pour eux, il est recommandé de nettoyer et d’irriguer régulièrement l’œil avec une solution oculaire.

La présence des larmes a un double rôle : Humidifier l’œil et le protéger. Ces larmes, comme chez les humains, s’écoulent ensuite dans le nez via les canaux lacrymaux situés dans le coin interne des yeux. Chez la plupart des races, les canaux sont droits et les larmes s’évacuent aisément. En revanche, ces canaux présentent une forme courbe ou écrasée chez d’autres (persans, carlins…). Quand ils se bouchent, les larmes s’écoulent alors vers l’extérieur de l’œil laissant apparaître les traces évoquées ci-dessus.

Je pense que vous comprenez mieux pourquoi les yeux, comme les paupières, doivent recevoir des soins réguliers avec le produit le mieux adapté que vous conseillera votre vétérinaire ou, à défaut (dans l’urgence) votre pharmacien.

Comment procéder au nettoyage des yeux ?

On doit exclusivement utiliser un produit oculaire adapté aux animaux.

Ne jamais utiliser de solutions oculaires destinées aux humains (question de PH entre autres). De plus le produit retenu (quand ce n’est pas le vétérinaire qui le conseille) doit, non seulement, avoir un pouvoir nettoyant, il ne doit être antiseptique et non irritant.

Ce produit pourra être utilisé pour un lavage de l’œil (quelques gouttes dans l’œil suffisent) ou en compresse. Pour les compresses toujours utiliser de la gaze (bien imbiber la gaze et laisser en place 2 ou 3 minutes –une fois ramollies les sécrétions s’enlèveront facilement) car des fibres du coton pourraient se déposer sur l’œil… générant bien évidemment une irritation supplémentaire (ou l’aggraver) ou de la gêne.

Pourquoi un vétérinaire conseille d’utiliser une solution oculaire adaptée à votre chat ou à votre chien : D’une part pour une question du PH des larmes. D’autre part parce qu’elle contient un antiseptique capable d’éliminer la présence de bactéries.

Ha oui, les vétérinaires déconseillent dans la plupart des cas d’utiliser de l’eau, même bouillie, car elle ne peut agir en osmose avec les larmes, le PH peut différer risquant d’aggraver la situation… J’ai découvert cela depuis peu… non pas pour un de mes chats, mais pour mon petit-fils suite à une allergie… Le véto m’a confirmé que c’était pareil pour les animaux… Et l’eau, même bouillie (donc à nos yeux débarrassée de certaines impuretés), ne contient de produit antiseptique.

  Les conjonctivites

– Symptômes d’une conjonctivite simple

L’œil présente une irritation, on constate le plus souvent une sécrétion (fluide –comme des larmes- ou plus ou moins épaisse). Les paupières internes comme l’œil est souvent rougeâtre à rouge… Les paupières sont plus ou moins fermées, elles peuvent même être collées et, souvent, l’œil est sensible à la lumière.

Comment soigner une telle conjonctivite : Avoir sous la main une solution oculaire adaptée à l’animal, que l’on applique soit en instillant quelques gouttes dans l’œil, soit par application sur les paupières. Lorsque l’œil est fermé, ne pas forcer l’ouverture : Nettoyer d’abord les paupières externes à l’aide d’une gaze imbibée de la solution, puis quand l’animal ouvre les yeux (ou l’œil atteint), instiller quelques gouttes directement sur le globe oculaire.

Suivant le cas, votre vétérinaire « ou à défaut votre pharmacien) pourra prescrire ou conseiller un collyre contenant un antiseptique.

– On connaît davantage la conjonctivite produisant un larmoiement, mais on connaît moins bien la conjonctivite sèche. Cette forme de conjonctivite est appelée Kérato-conjonctivite-sèche ou KCSCe type de conjonctivite est due à une insuffisance de production de larmes.

Or les larmes, comme on l’a vu, on pour but de protéger l’œil. En humidifiant l’œil (la cornée essentiellement), elles agissent contre les agents infectieux (microbes). Une lubrification insuffisante de l’œil peut conduire à une conjonctivite infectieuse, une kératite (inflammation des paupières), et même à une forme d’ulcère de la cornée. Faute de soins ou d’une prise en compte tardive, cette forme de conjonctivite peut conduire à la perte de l’œil et donc à la cécité.

Symptômes :

L’œil est plutôt rouge, marquant ainsi l’irritation, sec (les yeux sont ternes et non brillants), sale (on peut apercevoir comme un dépôt sur la surface). Cette affection peut causer de la douleur : clignement fréquent des yeux (ou de l’œil atteint), assortie ou non d’un mouvement de tête, de plaintes, d’abattement ou même générer une sorte de photophobie.

Diagnostic :

Mesures de la quantité et de la qualité des larmes secrétées par les yeux de votre petit (ou grand) protégé. Tous les vétérinaires ne sont pas équipés pour ce type d’examen, il vaut donc mieux s’adresser à un vétérinaire ayant une spécialité en ophtalmologie.

Traitement :

Dans un premier temps, c’est l’infection qui sera traitée s’il y a lieu à l’aide d’un collyre antibiotique. Suivant le degré de sècheresse de l’œil, des larmes artificielles peuvent être prescrites pour compenser l’insuffisance des larmes naturelles. Ensuite, une prescription d’une pommade ophtalmique visant à stimuler la sécrétion naturelle des larmes par la glande lacrymale peut être nécessaire. Ce type de conjonctivite doit faire l’objet d’un suivi régulier.

 L’ulcère cornéen

Un ulcère cornéen c’est la rupture d’une partie externe de la cornée. Elle est assez fréquente chez les animaux, peut-être davantage chez les chiens que les chats (du moins à ma connaissance). Une telle atteinte de l’œil doit être traitée rapidement si on veut pas la voir s’aggraver.

Symptômes :

L’œil est plutôt rouge, on aperçoit en général un reflet bleuté et opaque sur la cornée. Cette affection est en principe douloureuse, l’animal y réagit en clignant de l’œil.

Diagnostic :

Instillation d’un colorant (fluorescéine) qui mettra en évidence la lésion. Celle-ci peut être plus ou moins grave et avoir des formes variées. Une telle affection non traitée ou prise en compte trop tard peut progresser très vite en profondeur, occasionnant une perforation et donc la perte irrémédiable de l’œil atteint.

Traitement :

Avec un traitement adapté (antibiotique et produit cicatrisant), un ulcère sans complication, cicatrise dans les 3 à 5 jours. Un antalgique peut être ajouté au traitement en cas de douleur.

Une des complications est l’ulcère à bords décollés. C’est-dire qu’il y a décollement du pourtour de la lésion. Ces ulcères cicatrisent moins bien et, dans ce cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Suivant la profondeur de l’ulcère, il peut être nécessaire de procéder à une greffe conjonctivale (microchirurgie). Le greffon est prélevé sur l’animal lui-même. Ce type d’intervention permet une meilleure protection en apportant les nutriments nécessaires à une bonne cicatrisation.

A noter :

Une bonne cicatrisation permettra de retrouver une cornée transparente (élimination de l’opacité présente). Or, comme on le sait, cette transparence conditionne la récupération de la vision.

 

Glaucome

Le glaucome c’est l’augmentation de la pression à l’intérieur de l’œil. Elle nécessite une consultation que je qualifierai d’urgente, car elle peut être très grave. Diverses causes sont à l’origine du glaucome dont traumatisme, luxation du cristallin, uvéite, etc… Cette affection peut aussi être consécutive à une maladie, l’âge pourrait aussi être un facteur mais pas une fatalité.

Symptômes :

Là aussi, l’œil est plutôt rouge, génère de la douleur, formation d’une opacité blanc/bleutée. Se traduit aussi par une baisse de la vision et la pupille de l’œil atteint est plus grande que celle de l’œil « normal ». Un glaucome atteint souvent les deux yeux…

Diagnostic :

Mesure de la tension de l’œil avec un appareil appelé tonomètre. Ensuite, votre vétérinaire devra faire des examens complémentaires pour déterminer la cause.

Traitement :

Le traitement doit être mis en place le plus rapidement possible pour diminuer la douleur, conserver la vision et surtout diminuer la pression à l’intérieur de l’œil et aussi éviter des complications futures.

Si le traitement médical ne suffit pas, un acte chirurgical sera nécessaire. Celui-ci sera fonction de la gravité. En effet, plusieurs modes opératoires coexistent : ablation du tissu de l’angle irido-cornéen (trabéculectomie), mise en place d’un drain, prothèse intraoculaire et bien d’autres.

UVEITE

L’uvéite est une inflammation de la tunique vasculaire de l’œil (une des structures internes de l’œil), relativement fréquente chez le chat. Il convient de consulter en urgence car peut être grave. Cette affection peut avoir plusieurs causes : infection, tumeur, maladie auto-immune (FELV, FIV), traumatisme, …). Non traitée, cette inflammation peut endommager sérieusement l’œil et compromettre la vision.

Symptômes :

Douleur (clignement des yeux fréquent), pupille plus petite que la normale, insuffisance de la transparence à l’intérieur de l’œil, œil rouge, baisse de la vision. Chez les chats, ce n’est pas évident de constater une baisse de la vision à l’œil nu, mais un œil rouge, des clignements d’yeux fréquents doivent vous faire penser que votre animal souffre.

Diagnostic :

Des examens sont nécessaires pour déterminer la cause de l’uvéite, par exemple une prise de sang… Toutefois, il arrive qu’aucune cause ne puisse être mise en évidence.

Traitement :

Anti-inflammatoire (pour diminuer l’inflammation), antalgique (pour diminuer la douleur). Le but est également d’éviter des séquelles (adhérences notamment), ou complications comme une cataracte ou un glaucome et, bien sûr, de conserver la vision.

Par ailleurs, il est impératif de faire suivre régulièrement votre petit protégé durant son traitement pour suivre l’évolution et du traitement et de l’affection.