Tag: maladies du chat

La polydactylie chez le chat

Un chat polydactyle

Un chat polydactyle ou hyper-dactyle possède un nombre de doigts supérieurs à la normale, sur une ou sur l’ensemble des pattes. Cette particularité est causée par une mutation génétique. Cette expression vient du grec “poly” qui veut dire “nombreux” et “dactyle” qui veut dire “doigts”.

( Anomalie physique congénitale consistant à un nombre de doigts supérieur à la normale chez le chat)

 

Description

Un chat possède normalement quatre doigts et un ergot sur les pattes avant et quatre aux pattes arrières. Un chat polydactyle peut posséder jusqu’à sept doigts indifféremment à l’avant et/ou à l’arrière. Diverses variations de quatre à sept orteils sont communes, quoique chaque paire de pattes garde un nombre semblable de doigts.
La polydactylie est plus souvent observée sur les pattes avant seulement. Rarement elle est vue sur l’ensemble des pattes ou seulement sur les pattes arrières.
Des cas de polydactylie sont déjà mentionnés dans les écrits de Darwin, elle n’aurait donc rien d’extraordinaire. Selon le vétérinaire Arnold Plotnick, la première constatation scientifique de polydactylie chez le chat date de 1868. Cependant, Darwin en parle dans les années 1850.
La polydactylie existe chez plusieurs espèces d’animaux : les humains, les chats, les chiens, les cochons d’Inde et les gallinacés. Il est important de noter que chaque espèce a ses propres caractéristiques et différents modes de transmission. La polydactylie chez le chat est très similaire à celle constatée chez les oiseaux.
Les embryologistes reconnaissent deux sortes de polydactylie : pré-axiale et postaxiale. Pour les différencier, on peut se rappeler que préaxial signifie à l’intérieur de la patte (ou pour un humain, du côté du pouce) et postaxial sur le bord externe (ou du côté de l’auriculaire chez l’humain). La forme postaxiale est rare et dans ce cas il est peu probable que les doigts supplémentaires soient totalement formés, alors que ceux situés du côté préaxial sont toujours complètement formés.

Origine

Cette malformation congénitale est héritée génétiquement. Le gène responsable est autosomique dominant à expression variable (dédicace spéciale pour Dr B ! Very Happy ). Elle n’est ni mortelle ni dérangeante pour le chat, quoiqu’on ait remarqué un petit retard d’apprentissage de la marche et de la grimpe chez les chatons polydactyles. Par la suite, certains développent une plus grande habilité. Pour exemple, un chat possédant six doigts à l’avant (dont deux orteils opposés l’un à l’autre comme les pouces d’une main humaine) permet au chat une dextérité manuelle surprenante qu’on ne retrouve pas chez des chats non polydactyles, comme ouvrir des loquets de portes ou chasser en s’aidant d’une seule patte.

Les conditions semblent être plutôt réunies sur la Côte Est des États-Unis et dans le Sud-Ouest de l’Angleterre. Certains avancent que la raison de la quasi absence de chats polydactyles en Europe est due au fait que les chats sortant de l’ordinaire étaient directement tués au Moyen-âge à cause des fortes superstitions et de l’appartenance supposée du chat à la sorcellerie. D’autres attirent l’attention sur le fait qu’en Angleterre les chats polydactyles sont nombreux, en particulier au Pays de Galles où on les nomme les “Cardi-Cats”.

Le chat enregistré au Livre Guinness des records est Canadien et se nomme Tiger. Il est le chat ayant le plus grand nombre d’orteils à ce jour, 27 en tout.

Pixie Bob et Maine Coon

Deux races spécifiques peuvent prétendre à une référence historique à la polydactylie : le Pixie Bob, qui a été fondé sur un chat polydactyle, et le Maine Coon. On a dit que cette caractéristique touchait autrefois 40% des représentants de la race, mais il n’existe aucune donnée qui corrobore ces chiffres. Des mentions de la polydactylie chez le Maine Coon remontent à 1876, date d’une peinture décrivant cette caractéristique. Depuis quelques années il semble que le nombre d’éleveurs travaillant avec le caractère polydactyle augmente et MCPI, une organisation internationale, a été constituée pour promouvoir et protéger cette caractéristique chez le Maine Coon.

L’écrivain Ernest Hemingway est un des amateurs de chats polydactyles le plus connu. Dans le jardin de sa maison de Key West en Floride, il hébergeait près d’une centaine de chats dont à peu près la moitié étaient polydactyles. Cette passion pour ces chats spécifiques lui est venue après avoir reçu un chat à six doigts offert par le capitaine d’un bateau. En anglais, le mot “Hemingway cat” ou “Hemingway” est devenu un mot d’argot pour désigner les polydactyles. Depuis la mort d’Ernest Hemingway en 1961, cette maison est un musée et le jardin un abri pour les descendants des ses chats. Il en reste toujours une soixantaine dont une trentaine de polydactyles.

A ce jour, la polydactylie n’est pas acceptée par de nombreuses instances officielles du monde Félin. C’est le cas dans les expositions L.O.O.F. en France, ou un chat polydactyle peut être présenté mais ne peut prétendre à aucun titre.

“Patte en moufle” et “patte en raquette”

Il existe deux types d’apparence physique chez les chats polydactyles. L’une est connue sous le nom de patte en moufle et l’autre sous celui de patte en hamburger ou raquette. Le Pixie Bob et le Maine Coon présentent en général la patte en moufle.

Chaton polydactyle, exemple de patte en moufle :

Chaton polydactyle, exemple de patte en raquette :

SOURCES
 

L’Hyperthyroidïe

L’hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie du chatJolie Demoiselle Du Royaume Princier

Est le trouble endocrinien (hormonal) le plus fréquent chez les chats. Elle provoque de nombreux symptômes résultant de la surproduction d’hormone thyroïdienne par la thyroïde.

Qu’est-ce que la thyroïde ?

La thyroïde est une glande formée de deux lobes, de chaque côté de la trachée, dans le cou. Les deux types hormones produites (T3 et T4) interviennent dans le métabolisme de base (système qui brûle les calories en fonction de l’activité physique) et la régulation de la température du corps.

Origine

L’hyperthyroïdie est définie par la sécrétion d’une trop grande quantité d’hormones thyroïdiennes. Cet emballement provoque un hyperfonctionnement de tous les métabolismes : tout fonctionne « trop » et trop vite. Dans la très grande majorité des cas (99%) la cause de cette hypersécrétion s’explique par la présence de nodules bénins (non cancéreux) sur les glandes thyroïdes. Ces amas de cellules anormales sont des adénomes. Dans 1 à 2% des cas l’hyperthyroïdie est due à une tumeur maligne (cancer).
L’hyperthyroïdie est définie par la sécrétion d’une trop grande quantité d’hormones thyroïdiennes. Cet emballement provoque un hyperfonctionnement de tous les métabolismes : tout fonctionne « trop » et trop vite. Dans la très grande majorité des cas (99%) la cause de cette hypersécrétion s’explique par la présence de nodules bénins (non cancéreux) sur les glandes thyroïdes. Ces amas de cellules anormales sont des adénomes. Dans 1 à 2% des cas l’hyperthyroïdie est due à une tumeur maligne (cancer).

Les symptômes

Les symptômes sont très variables. Les signes les plus courants sont la perte de poids (90% des cas), une augmentation de la prise alimentaire dans plus de la moitié des cas, des vomissements, de la diarrhée, une consommation accrue d’eau, une augmentation de l’activité, des changements de comportement, de la nervosité. Le pelage devient terne, des pertes de poils sont possibles. En fin d’évolution de la maladie le chat est en général très abattu, prostré et très maigre. Le chat hyperthyroïdien a souvent une fréquence cardiaque augmentée et peut présenter des anomalies cardiaques (cardiomyopathie hypertrophique, maladie du muscle cardiaque).

Le diagnostic

Normalement la glande thyroïde chez les chats n’est pas palpable. En cas d’hyperthyroïdie, la glande devient généralement assez grosse pour être palpable. Une prise de sang est effectuée par votre vétérinaire. Un taux élevé de T4 signe une hyperthyroïdie. Une fois le diagnostic établi, d’autres examens complémentaires seront proposés par votre vétérinaire afin de rechercher les éventuelles complications de cette hyperthyroïdie.

Le traitement

Il existe actuellement trois façons de traiter l’hyperthyroïdie chez le chat : le traitement médical, le traitement par l’iode radioactif et l’ablation chirurgicale de la glande.

Le plus fréquent est le traitement médical avec un antihyperthyroïdien (thiamazole) qui bloque la synthèse des hormones thyroïdiennes. L’avantage est qu’il ne nécessite aucune chirurgie, ni d’hospitalisation. L’inconvénient est qu’il ne guérit pas de la maladie et il doit se donner à vie. Des effets secondaires tels que de la léthargie, des vomissements, des démangeaisons au niveau du cou et de la tête surviennent chez environ 15% des chats. Ces effets secondaires apparaissent habituellement dans les 3 premiers mois de traitement et peuvent être réduits en commençant le traitement par de faibles doses, et en augmentant progressivement la dose. Des analyses sanguines de contrôle sont effectuées tous les 3 à 6 mois.

La chirurgie guérit à condition que tout le tissu anormal soit enlevé. Une échographie ou une scintigraphie sont effectuées pour identifier l’emplacement du tissu anormal. La chirurgie n’est pas souvent recommandée car elle nécessite une grande expérience du chirurgien. Il s’agit d’une opération délicate car les glandes parathyroïdes et des nerfs sont très proches dans cette région.

L’autre solution consiste à irradier la glande thyroïde avec de l’iode radioactif. Cette solution est définitive dans 90% des cas. Très peu de cliniques vétérinaires sont équipées pour cette intervention. Il s’agit par ailleurs d’une intervention onéreuse et une quarantaine du chat est obligatoire (urine et selles radioactives).

Après stabilisation médicale le pronostic est très bon. Le chat peut vivre de nombreuses années, en bonne santé.


Diarrhée aigüe du chat

Diarrhée aiguë du chat

diarrhée aigüe du chatElle peut provenir de plusieurs causes !!!

1. Les parasites digestifs. Ces vers sont responsables d’une irritation et donc de diarrhée voire de vomissements.
Il est important de vermifuger le chat au moins 2 fois par an à l’âge adulte, voir 4 fois par an si l’animal chasse beaucoup. Il faut utiliser un vermifuge le plus complet possible chez le chat adulte car certains vers peuvent résister à des produits. Demandez conseil à votre vétérinaire qui vous fournira un produit très efficace et très adapté.

2. Une gastro-entérite bactérienne ou virale peut aussi être à l’origine des symptômes de diarrhée.

3. Une ingestion d’aliments avariés ou d’objets non comestibles est également susceptible de provoquer une diarrhée et/ou une gastrite importante, voire une occlusion intestinale si un objet se bloque dans les intestins (dans ce cas, le chat vomit souvent et est très abattu).

4. Une intoxication peut aussi provoquer des troubles digestifs. Certains détergents, insecticides ou plantes toxiques peuvent en effet provoquer des diarrhées associées à d’autres troubles.

5. Une diarrhée d’origine alimentaire. Certains chats peuvent présenter une intolérance alimentaire en vieillissant. Il est alors indispensable de leur apporter des aliments destinés aux chats sensibles.

En première intention, lors de diarrhée, il faut vermifuger le chat et le mettre à la diète (rien à manger) pendant 24 heures. Puis, il faut reprendre l’alimentation progressivement avec un aliment de bonne qualité. Et si cela ne s’améliore pas, il faut aller consulter un vétérinaire.


FERMER
CLOSE
error: Contenu protégé !!!