Tag: santé chat

Diarrhée aigüe du chat

Diarrhée aiguë du chat

diarrhée aigüe du chatElle peut provenir de plusieurs causes !!!

1. Les parasites digestifs. Ces vers sont responsables d’une irritation et donc de diarrhée voire de vomissements.
Il est important de vermifuger le chat au moins 2 fois par an à l’âge adulte, voir 4 fois par an si l’animal chasse beaucoup. Il faut utiliser un vermifuge le plus complet possible chez le chat adulte car certains vers peuvent résister à des produits. Demandez conseil à votre vétérinaire qui vous fournira un produit très efficace et très adapté.

2. Une gastro-entérite bactérienne ou virale peut aussi être à l’origine des symptômes de diarrhée.

3. Une ingestion d’aliments avariés ou d’objets non comestibles est également susceptible de provoquer une diarrhée et/ou une gastrite importante, voire une occlusion intestinale si un objet se bloque dans les intestins (dans ce cas, le chat vomit souvent et est très abattu).

4. Une intoxication peut aussi provoquer des troubles digestifs. Certains détergents, insecticides ou plantes toxiques peuvent en effet provoquer des diarrhées associées à d’autres troubles.

5. Une diarrhée d’origine alimentaire. Certains chats peuvent présenter une intolérance alimentaire en vieillissant. Il est alors indispensable de leur apporter des aliments destinés aux chats sensibles.

En première intention, lors de diarrhée, il faut vermifuger le chat et le mettre à la diète (rien à manger) pendant 24 heures. Puis, il faut reprendre l’alimentation progressivement avec un aliment de bonne qualité. Et si cela ne s’améliore pas, il faut aller consulter un vétérinaire.


LES PANCREATITES

Les Pancréatites

 

Le pancréas est un organe en forme de V situé derrière l’estomac et la première partie de l’intestin grêle. Il pèse de 8 à 10 grammes seulement, mais son rôle est essentiel. Il intervient dans le métabolisme du sucre par la production d’insuline, et est nécessaire à la digestion des aliments par la production d’enzymes pancréatiques. La première description d’une pancréatite féline est très récente (1989). Il s’agit d’une inflammation du pancréas, la plupart du temps sous forme chronique. Cela touche essentiellement les chats âgés de 7 ans et plus.

Les causes
De multiples facteurs peuvent contribuer au développement d’une pancréatite chez le chat. Des médicaments (certains antibiotiques, anti-cancéreux), des insecticides (organophosphorés) peuvent être en cause. Certains virus comme l’herpèsvirus félin, les calicivirus ou le virus de la PIF sont incriminés. Une chirurgie abdominale, un traumatisme à l’abdomen (par exemple un accident de la voie publique), un choc peuvent provoquer une diminution de l’apport sanguin au pancréas (ischémie), puis une pancréatite. Dans la majorité des cas le facteur en cause n’est jamais identifié.

Les symptômes
Les signes cliniques sont peu spécifiques. Les chats perdent l’appétit, maigrissent, deviennent léthargiques et sont déshydratés. D’autres signes peuvent être présents : douleur abdominale, troubles digestifs, ictère. Dans les formes plus graves (formes nécrosantes ou suppurées), les enzymes pancréatiques sont déversées au sein du pancréas et provoquent une « auto-digestion » de la glande, des tissus environnants et la libération de facteurs de l’inflammation, pouvant évoluer vers une défaillance généralisée. L’association ou la « triade » Maladie Inflammatoire Chronique de l’Intestin (MICI), cholangite et pancréatite est très fréquente.

Le diagnostic
Le diagnostic, difficile, s’appuie sur des examens sanguins. Le dosage des deux enzymes pancréatiques, l’amylase et la lipase, est peu utile. Le test Spec-fPL (lipase pancréatique spécifique féline) est spécifique de la pancréatite. L’échographie est également un très bon outil de diagnostic. Elle permet de visualiser le parenchyme pancréatique et de réaliser des ponctions de l’organe.

Le traitement
Les objectifs sont de contrôler la douleur, corriger la déshydratation et les désordres électrolytiques, apporter un soutien nutritionnel et prévenir les complications. Le chat est généralement nourris avec de petits repas, faciles à digérer et faibles en gras. Lorsque l’alimentation orale est impossible, la pose de sondes (tubes d’alimentation) est utile. En cas de vomissements, des anti-vomitifs sont administrés. Lors d’anorexie prolongée une antibiothérapie est initiée. Des injections de vitamine B12 stimulent l’appétit et la digestion. Dans de rares cas, en cas de complications intestinales ou de nécrose étendue du pancréas, une chirurgie peut être nécessaire.

Le pronostic
Dans la plupart des cas la pancréatite est réversible et sans complication. Les formes nécrosantes sont en revanche de mauvais pronostic. Certains animaux développent une pancréatite chronique, ce qui peut conduire à des complications comme le diabète sucré et / ou une insuffisance pancréatique, aussi appelé «syndrome de malabsorption ». Lors d’insuffisance pancréatique, les aliments ne sont pas digérés correctement et le chat perd du poids. Le traitement de l’insuffisance pancréatique est long et coûteux, mais possible. Il repose sur l’apport externe d’enzymes digestives.

____________________________________________________________________________________________________________

La pancréatite chronique chez le chat

La pancréatite chronique chez le chat

le pancréas du chat est un organe fragile

Le pancréas est un organe qui effectue principalement deux rôles : la production d’insuline pour réguler le sucre dans le sang et la production d’enzymes pour aider à la digestion. Le pancréas du chat peut subir une inflammation, soit aigüe et c’est une urgence, soit chronique.
La pancréatite chronique a une cause mal connue qui serait due à des enzymes qui, chargées de bactéries de l’intestin, remontent vers le canal du pancréas provoquant une inflammation du pancréas et restant inactives à la digestion.  Cet abaissement des enzymes actives trouble la digestion du chat et gène l’assimilation des graisses.
Les selles du chat sont alors volumineuses, malodorantes, molles, claires et grasses. Le chat mange plus que la normale mais maigrit. Une analyse des selles confirmera le diagnostic. Le vétérinaire va prescrire un traitement qui sera différent selon l’état du chat.

Les conseils du vétérinaire pour soigner la pancréatite chronique du chat

Pour mon chat qui souffre de cette maladie, ce vétérinaire a ordonné un médicament, le Marbocyl pendant une vingtaine de jours pour combattre l’infection. Il lui a donné aussi des enzymes,  la Pancréatine, sur une très longue durée et même peut être à vie. La pancréatine est une poudre obtenue à partir de suc pancréatique lyophilisé. Elle possède les différentes activités hydrolytiques du suc. Le vétérinaire a conseillé des croquettes spéciales sans graisse. Cela peut paraître lourd comme traitement mais sachez qu’il existe une pâte appelée l’Observance avec laquelle on peut envelopper le comprimé et le mélanger avec les croquettes. Comme cette pâte a la couleur des croquettes et qu’elle est très attirante, le chat l’avale assez facilement. La Pancréatine étant sous forme de gélules, il est alors possible de l’ouvrir et de mélanger la poudre aux croquettes.
Avec ce régime, tout rentre dans l’ordre et les mauvaises odeurs dans la litière cessent.
Si l’état du chat est plus grave, il faudra peut être procéder à une analyse sanguine et appliquer un autre traitement prescrit par le vétérinaire.

Ce que j’ai retiré de cette expérience avec mon chat souffrant de pancréatite chronique, c’est qu’il faut être attentif et surveiller la litière de nos chats. Elle peut être révélatrice de leur état de santé.

 Conseil rédigé par Marie Pancrace

Les Gingivites

Les gingivites

 

Les chats sont des animaux qui ont souvent du tartre, des dents abîmées ou encore des inflammations des gencives ou du fond de la gorge.

Le chat est un des mammifères domestiques qui a le moins de dents (30). Comme les autres animaux et les humains, il a des dents de lait qui tombent entre l’âge de 4 et 6 mois. Le chat se sert de sa bouche pour manger, pour chasser mais aussi pour faire sa toilette.

Un chat qui a mal aux dents ou à la bouche mange moins, a mauvaise haleine et ne se lave plus ; il peut parfois devenir irritable et mordeur, il peut aussi vomir plus fréquemment. Il n’est pas aisé pour un propriétaire de chat de savoir que son animal a des problèmes buccaux, le chat contrairement au chien ne respirant pas la bouche ouverte.

Détartrer régulièrement les dents du chat

La gingivite est fréquemment observée chez les chats. Les gencives, qui devraient être rosées, sont rouges et boursouflées et saignent dès qu’on les effleure.

Elle est souvent due à la présence de tartre sur les dents. Il suffit de détartrer régulièrement les dents du chat pour soigner puis éviter la gingivite. La gingivite peut aussi être due à la présence de dents abîmées.

Le chat contrairement à l’homme n’a pas de caries mais a très souvent des dents gâtées où l’émail a disparu au niveau du collet de la dent (zone de jonction entre la couronne et la racine).

La dent se creuse et finit par casser, laissant la racine à nu. Ces lésions sont très fréquentes (on les retrouve chez 45 à 85 % des chats suivant les études). La dent est généralement irréparable et il faut l’extraire.

Les chats ont parfois des abcès de la carnassière supérieure (4e prémolaire). Ils présentent alors une grosse joue du côté atteint et ne mangent plus. Là encore, il faut extraire la dent et administrer des antibiotiques.

Certaines races de chats prédisposées aux problèmes dentaires
Malheureusement, si on arrive bien à soigner les gingivites, il n’en va pas de même des stomatites, pour lesquelles, cette fois, le fond de la gorge du chat est rouge, bourgeonnant et très douloureux.

Ces stomatites sont parfois dues à l’infection par les virus du coryza, de la leucose ou du FIV. Mais bien souvent le chat est négatif pour les deux derniers virus et aucune cause certaine n’est identifiée.

Le traitement est difficile et doit être répété souvent. Il faut avant tout maintenir une hygiène buccale stricte en répétant les détartrages et en administrant des antibiotiques.

On y ajoute des anti-inflammatoires et parfois même des progestagènes.

Certains chats réagissent bien à l’extraction de toutes leurs dents (sauf les crocs), confirmant la thèse qu’ils développent une réaction exacerbée contre la plaque dentaire.

Cependant certains chats continuent malgré tous les traitements à présenter une stomatite et dans quelques cas extrêmes il faut les euthanasier. Certaines races (les Abyssins en particulier) sont prédisposées à ces problèmes.

 

 

Extrait du site wamiz

error: Contenu protégé !!!