Étiquette : santé féline

Asthme du chat comment se soulager ?

Comment le soulager ?

 

 Les chats peuvent souffrir de crises d’asthme tout comme les humains. Un chat avec de l’asthme peut être impressionnant à voir, le chat va tousser et siffler avec son cou tendu comme si il essayait de respirer plus d’air.

 

Si vous cherchez des remèdes maison pour l’asthme de votre chat, considérez que les déclencheurs de crises d’asthme chez les chats peuvent être très divers, la poussière et le pollen étant les plus courants. L’asthme chez le chat est une maladie grave, qui nécessite des médicaments et des soins vétérinaires ; Toutefois, nous pouvons faire quelques petites choses chez nous pour aider nos amis félins à mieux respirer.

 

chat en pleine crise d’asthme

 

Les remèdes maison pour l’asthme du chat

 

Un petit régime…

Si votre chat souffre d’asthme et qu’il a quelques kilos en trop, cela peut rendre l’asthme bien pire. Le délester des ses quelques kilos supplémentaires apportera à votre chat un style de vie plus sain, consultez votre vétérinaire pour obtenir des conseils sur le démarrage d’un nouveau régime alimentaire pour votre chat asthmatique. En attendant, réduire la quantité de friandises et de nourriture humaine.

 

Qualité de l’air

Ne vous êtes-vous jamais demandé si votre chat pouvait être sensible aux divers produits chimiques que vous utilisez dans votre maison ? Ne cherchez plus ! Ce spray pour cheveux, parfums, déodorants, nettoyant pour tapis ou de la fumée de cigarette peuvent en effet être des déclencheurs de crises d’asthme de votre chat. Essayez de nettoyer votre maison avec des produits naturels et de ne pas fumer dans la maison. Votre chat vous remerciera !

 

Utilisez un humidificateur d’air

L’air sec typique de l’été et lors de la saison d’hiver peut entraîner votre chat à développer de la difficulté à respirer, en effet l’air sec a tendance à irriter les voies respiratoires de votre chat. Utilisez un humidificateur non médicamenteux et viser un taux d’humidité entre 30-40%.

 

Vérifier la litière

Est-ce que votre chat éternue juste après avoir utilisé ses toilettes ? Certaines litières pour chats sont très poussiéreuses et comme le chat creuse, des nuages de poussière peuvent être soulevés qui peuvent irriter les voies respiratoires du chat. Il y a beaucoup de nouvelles litières de nos jours qui sont réputées pour être exemptes de poussière, cela vaut sûrement la peine d’essayer. Les litières neutres sont également préférables car certains chats peuvent être allergiques aux parfums spéciaux ajoutés à la litière pour rendre son odeur plus agréable.

 

Protégez votre chat du pollen

Si c’est une saison pollinique et que votre chat semble éternuer, tousser et qu’il a une respiration sifflante en revenant de l’extérieur, protégez votre chat en le gardant au maximum à l’intérieur jusqu’à ce que la saison soit terminée. Abstenez vous aussi de garder les fenêtres ouvertes autant que possible.

 

Réduire le stress

Le stress peut provoquer une crise d’asthme chez les chats sujets à l’asthme. Les déclencheurs courants de stress chez les chats sont les meubles déplacés, l’exposition à des bruits forts, étrangers à la maison, etc. Essayez de garder votre chat dans une pièce calme et sombre si cela peut limiter la quantité d’exposition au stress.

 

 

 


L’acné du chat

L’acné du chat

 

Causes et signes cliniques

Peut-être que certains lecteurs vont être surpris par le terme « acné du chat », et pourtant cette affection existe bien chez le chat et est relativement assez fréquente dans les pathologies dermatologiques félines.

L’acné du chat peut se rencontrer à tout âge, auprès de  toutes les  races félines et dans les deux sexes !

Dans cet article nous allons définir l’acné du chat, décrire les facteurs responsables, les symptômes de cette maladie et les moyens de diagnostic. Pour terminer un large chapitre sera consacré au traitement et à la prévention de l’acné du chat.

Définition de  l’acné du chat

Le chat possède des glandes sébacées et des glandes sudoripares. Le rôle des glandes sébacées est de sécréter du sébum qui va maintenir la souplesse de la peau, éviter son  dessèchement  et rendre imperméable les poils.

Un point important à signaler :

Les glandes sébacées sont associées aux follicules pileux, ce qui explique que toutes pathologies de ces glandes auront des répercussions sur le poil (trouble de la kératinisation). (Voir schéma ci-dessous)

 

Où sont situées  les glandes sébacées chez le chat ?

Les glandes sébacées sont principalement groupées au niveau du menton, des lèvres (surtout inférieure), des paupières, de la face dorsale de la queue, du scrotum et du prépuce.

Les glandes sébacées chez le chat jouent également un rôle important dans le marquage du territoire et ce par le biais de phéromones présentes dans les sécrétions.

Il y a particulièrement deux  zones où les glandes sébacées sont regroupées et jouent un rôle important dans le marquage :

au niveau du menton : on appelle cette zone « organe sous-mentonnier »
au niveau de la face dorsale de la queue : on appelle cette zone « organe supra-caudal »
Vous avez déjà tous  remarqué ce comportement typique du chat qui frotte sa tête (particulièrement son menton) sur des objets préférés,….et bien c’est sa manière de baliser son territoire et aussi se rassurer.

Il n’est pas rare de constater des tâches (traînées) grasses, noirâtres sur les objets frottés et c’est le résultat de la sécrétion des glandes sébacées de l’organe sous-mentonnier.

L’acné est donc une inflammation des glandes sébacées ou plutôt pilo-sébacées,  qui va entraîner une obturation du follicule pileux par un excès de sécrétion de sébum.

Le follicule pileux bloqué va produire un comédon ou point noir (élément que tout le monde connaît pour l’avoir vécu ou vu, n’est-ce pas mesdames ? 😉 ).

Ce point noir peut s’infecter pour produire des pustules (présence de pus)

Vous avez compris, maintenant, pourquoi l’acné du chat est souvent décrite comme l’acné du menton, car c’est une zone particulièrement riche  en glandes sébacées et propice à l’acné.

L’acné du chat : Causes et conditions prédisposantes.

La cause (ou les causes) de l’acné du chat est actuellement(2012) inconnue, cependant il existe plusieurs facteurs responsables de  l’inflammation des glandes sébacées ainsi qu’une production anormale de sébum.

Alors quels sont ces facteurs ?

– La contamination bactérienne

Lorsque l’animal s’alimente, une partie du menton et de la lèvre inférieure peuvent être souillées par des aliments et être le point de départ d’une contamination par les bactéries.

Le tartre dentaire peut également favoriser une infection de ces régions par la salive.

– Réduction du système immunitaire

Le stress ou les infections par les virus du coryza (herpès virus, calicivirus) peuvent réduire l’efficacité du système immunitaire et favoriser localement une inflammation et /ou une infection.

– Les bols en plastique

Lorsque le chat s’alimente, les régions du menton et de la lèvre inférieure sont constamment en contact avec le bord du bol en plastique et certains chats sont allergiques avec cette matière. Une inflammation peut se développer et être responsable de l’acné du chat.

Même pour les chats non allergiques, le bol en plastique peut être un facteur favorisant. En effet, le plastique est poreux et des bactéries peuvent se loger facilement dans les microfissures du bol et être responsable d’une contamination bactérienne.

Allergie alimentaire

Certains aliments seraient responsables d’une allergie et provoquerait une inflammation de la peau avec comme conséquence une excitation des glandes sébacées au niveau du menton.

Présence en excès de Malassezia pachydermatis

Malassezia pachydermatis est un champignon fréquent, non pathogène au départ, localisé principalement dans la région péri-buccale, le conduit externe de l’oreille, la région péri-anale et les pattes. Une prolifération non contrôlée de ce champignon peut être responsable d’une inflammation et/ou infection au niveau du menton et aboutir à l’acné du chat.

malassezia

Le manque d’hygiène locale

En temps normal, le chat est un animal qui se toilette régulièrement. Mais le menton étant une zone difficilement accessible pour ce nettoyage, il peut arriver que le manque d’hygiène locale soit responsable d’une inflammation qui est, comme vous le savez, le départ de l’acné du chat.


Le frottement excessif
du menton lors du marquage territorial

Certains chats anxieux, stressés peuvent avoir ce comportement excessif de marquage du territoire et provoque ainsi par frottement une irritation du menton, point de départ potentiel d’une acné du chat.

Causes idiopathiques

Un certain pourcentage de chats va présenter une acné sans avoir de causes connues, ni de facteurs prédisposant.

Idiopathique est un terme médical signifiant que la cause de la pathologie n’est pas connue ou apparente. Ce terme nous rappelle que la médecine n’est pas une science exacte et que l’humilité doit rester de vigueur dans l’approche et la pratique de cet art.

Vous connaissez maintenant les facteurs connus déclenchant  l’acné du chat. C’est important de les relever ou de les identifier, car cela permettra une meilleure approche thérapeutique.

Acné du chat : LES SIGNES CLINIQUES

Comme écrit plus haut, les signes cliniques de l’acné du chat se situent au niveau du menton et sur le pourtour de la lèvre inférieure. Cette pathologie peut parfois entraîner un tableau clinique dramatique, aussi dès que vous constatez un des signes cliniques suivants sur votre compagnon, je vous conseille de consulter votre vétérinaire traitant le plus rapidement possible.

Il y a deux formes dans l’acné du chat

A)   Forme légère de l’acné du chat

On constate des petites croûtes et la présence de comédons (pore avec excès de sébum) au niveau du menton et la lèvre inférieure. La présence de point noir est dû au fait que le sébum en excès au niveau du pore s’oxyde au contact de l’air et devient noir.

Un exsudat noirâtre (sébum) peut également être présent et agglomérer les poils.

L’inflammation locale est marquée par la présence de papules et boutons.

Une infection localisée peut également être notée : présence de pustules (pus)–> folliculite

Voici une série de photos présentant des chats atteints d’acné sous sa forme” légère”




1237099306261031288Steren_Warning.svg.hi

B)  FORMES GRAVE DE L’ACNE

les signes  cliniques s’aggravent avec apparition de furonculose, cellulite, fistule,…

Un œdème important peut être présent et provoque un gonflement du menton.

La chute des poils peut être présente suite à un prurit (démangeaison). L’animal peut s’auto- mutiler à un point tel qu’il se gratte à sang.

Présence de pus avec parfois une augmentation du volume des ganglions lymphatiques régionaux.(adénite)

L’état général du chat peut être altéré avec également présence d’une douleur assez intense.

Prurit+ douleur+ gonflement+ saignement+ chute de poils + pus, voilà les signes cliniques les plus caractéristiques de la forme grave de l’acné du chat.

Voici un slide de chats atteints d’acné à un stade sévère, comme vous allez pouvoir le constater il y a des lésions vraiment impressionnantes et difficiles à soigner .




 

En règle générale, l’acné du chat se contrôle très bien dans sa forme légère mais peut devenir un véritable challenge lorsqu’il atteint un stade plus grave. Les récidives ne sont pas rares, surtout lorsque les conditions déclenchantes n’ont pas été identifiées ou résolues.

Si vous avez vécu des expériences de ce type avec vos chats, n’hésitez pas à partager votre histoire sur l’acné du chat dans les commentaires !

 

 

 

Tout savoir sur l’acné du chat : causes et signes cliniques ( Part I)


Vermifuger son chat

VERMIFUGER SON CHAT

POURQUOI VERMIFUGER ?
—————————————

1.1 Généralités

Il se peut que votre animal de compagnie soit contaminé par des vers sans que vous ne vous en rendiez compte. Près d’un animal de compagnie sur deux (chat et chien) est porteur de vers. Les symptômes sont généralement discrets et peu caractéristiques surtout chez le chat qui supporte de fortes infestations sans forcément présenter de manifestations cliniques. Cette absence de manifestations cliniques ne signifie pas que votre animal n’est pas parasité ni qu’il ne puisse potentiellement vous contaminer.

1.2 Les vers digestifs des chats

Les vers digestifs qui peuvent contaminer les chats sont des parasites. Les vers adultes vivent dans le tube digestif de leur hôte (chien ou chat). Ils sont potentiellement dangereux pour votre animal car ils peuvent causer des lésions dans différents organes avec des conséquences cliniques graves. Il existe deux types de vers digestifs susceptibles de contaminer le chat :
Les nématodes (vers ronds) et les cestodes (vers plats, plus connus sous le nom de ténias).

1.2.1 La contamination

La contamination de votre animal domestique par les vers digestifs peut se faire de différentes façons. Après la contamination, les œufs ou les larves atteignent le tube digestif de votre animal où ils évoluent en vers adultes. Ce processus est souvent précédé par une migration des larves à travers plusieurs organes du corps de votre animal, causant au passage des lésions parfois graves.
Les voies de contamination et le cycle d’évolution des larves en formes adultes sont regroupés sous le nom de « cycle évolutif ». Chaque espèce de vers digestifs possède son propre « cycle évolutif » avec ses propres caractéristiques.
Hélas, il est quasiment impossible d’empêcher la contamination de votre animal domestique par des œufs ou des larves, car il est difficile d’éviter tout contact de votre animal avec certaines sources de contamination. Les chats et les chiens se promenant librement à l’extérieur, risquent de se contaminer en consommant des hôtes intermédiaires contaminés (rongeurs, puces, ruminants…) ou en ingérant des œufs directement accessibles dans l’environnement extérieur (issus des matières fécales d’autres chiens ou chats contaminés). C’est pourquoi il est primordial de vermifuger régulièrement votre animal domestique (2 à 4 fois par an) en utilisant un produit adapté.

Demandez conseil à votre vétérinaire !

Pour les chatons : La contamination des fœtus de chats ou de chiens peut se faire par le placenta de la mère si elle est contaminée (c’est le cas des larves d’Ascaridés). Les nouveau-nés peuvent également se contaminer par le lait maternel.

Matières fécales : Les chats infestés contaminent leur environnement par le biais de leurs matières fécales. Ils peuvent parfois se re-contaminer à partir de leurs propres matières fécales. D’autres larves (larves d’Ankylostomes) peuvent pénétrer à travers la peau de votre animal et, ainsi, le contaminer.
Les puces : Les puces sont des hôtes intermédiaires pour certaines espèces de ténias (Dipylidium caninum). Les larves contenues dans les puces peuvent accidentellement être ingérées par votre animal lorsque celui-ci fait sa toilette.
Hôtes intermédiaires : Quand les chiens et les chats chassent ou mangent des animaux contaminés par des larves (rongeurs, ruminants, porcs), ces mêmes larves sont libérées dans le tube digestif de votre animal qui devient alors lui-même contaminé.

Risques pour l’homme et les enfants : Les œufs et les larves des vers sont présents dans les matières fécales des animaux contaminés. Une contamination accidentelle de l’homme mais surtout des enfants est alors possible lorsque ces derniers jouent dans un bac à sable souillé par des déjections animales.

LES RISQUES POUR LA SANTÉ

2.1 Les risques pour l’animal

Les symptômes, s’ils sont présents, varient en fonction de l’âge de votre animal, de sa santé et de son degré d’infestation. Les symptômes ne sont généralement pas caractéristiques d’une espèce de vers, c’est pourquoi il est fortement recommandé de traiter votre animal avec un vermifuge actif sur l’ensemble des vers digestifs du chien ou du chat.

Les symptômes suivants peuvent vous faire penser à une contamination par des vers digestifs :

. Œufs ou larves visibles dans les matières fécales (“grains de riz”)
. Vomissements
. Anémie (muqueuses pâles)
. Diarrhée avec parfois présence de sang
. Pelage terne, piqué
. Retard de croissance, perte de poids, amaigrissement
. Ventre ballonné chez les jeunes animaux
. Diminution générale de la vitalité

Chez l’animal, après la contamination, les différentes espèces de vers migrent à travers l’organisme de votre animal avant de se fixer dans le tube digestif. Les lésions que les vers causent aux organes de votre animal pendant cette migration peuvent être considérables, conduisant à une dégradation générale de son état de santé.

D’autre part les vers se nourrissent en absorbant le sang ou la nourriture présente dans le tube digestif de votre animal. Pour un jeune animal, une forte contamination peut avoir des conséquences mortelles. Il est donc primordial de traiter régulièrement tous vos animaux (que ce soient les adultes, les jeunes, les femelles en gestation et en lactation) car n’oubliez pas que la contamination des chiots et des chatons peut se faire pendant la gestation ou par le lait maternel.
Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Voici un aperçu des lésions que peuvent causer les vers chez les chiens et les chats :

Lésions / Symptômes Cause Conséquences cliniques
Lésions des tissus Migration des larves dans l’organisme. Par exemple : réaction épidermique après contamination à travers la peau par des larves d’Ankylostomes.
Obstruction intestinale, obstruction des glandes anales Très forte contamination par des nématodes. Perturbation du transit intestinal pouvant conduire à l’obstruction (risque mortel).
Anémie, notamment chez les jeunes animaux fortement contaminés Vers hématophages (se nourrissant de sang), comme les Ankylostomes. Muqueuses pâles, abattement, fatigabilité, fièvre, troubles respiratoires et cardiaques.
Carences en vitamines et en substances nutritives Infestation par des nématodes ou des cestodes. Modifications au niveau de la peau et du pelage, troubles de l’audition et de la vue, vomissements, troubles cardiaques, anémie.
Dégradation du système immunitaire Infestation par des nématodes ou des cestodes. Sensibilité accrue aux maladies infectieuses. Effet diminué des vaccins préventifs.

A quel rythme dois-je vermifuger mon chat ?

3.1 Fréquence de vermifugation de votre animal de compagnie

L’utilisation de vermifuges dépend, entre autres, de l’âge de votre animal. Les nouveau-nés et les jeunes animaux courent un plus grand risque car leur système immunitaire n’est pas encore suffisamment développé. La mère peut également être une source de contamination.

En effet, les chatons peuvent être contaminés par des vers digestifs avant même leur naissance par voie Trans-placentaire ou après la mise bas par le biais du lait maternel. C’est pourquoi il importe de vermifuger également les femelles en gestation et en lactation et les chiots et les chatons dès leur plus jeune âge.

Un animal adulte doit, lui, être vermifugé régulièrement, à un rythme dépendant de son mode de vie (2 à 4 fois par an). Votre vétérinaire est votre interlocuteur privilégié pour la santé de votre chat et la santé de votre chien : n’hésitez pas à le consulter !

3.2 Le calendrier pour les chats

Chaton : Toutes les deux semaines jusqu’à 3 mois puis, 1 fois par mois jusqu’à 6 mois, puis 2 à 4 fois par an
(chatte allaitante vermifugée en même temps)
Chat adulte : Traitement régulier en prenant en compte le mode de vie du chat et le cycle évolutif du parasite (2 à 4 fois par an)
Chat ou chaton nouveau au foyer :
Dès l’acquisition et deux semaines après

extrait du site internet “bien vermifuger”.
Dernière édition par bilboadeschatalans
Revenir en haut Aller en bas

Les Calculs urinaires du chat

LES CALCULS URINAIRES

chat persanComment se forme les calculs urinaires du chat ?

Les calculs urinaires (aussi appelés urolithiases) sont dus à des petits cristaux qui se forment dans l’urine et qui s’agglomèrent les uns aux autres. Ils peuvent provoquer une obstruction de l’urètre. Cela constitue une pathologie assez fréquente chez les chats adultes, surtout les mâles castrés.

Il existe divers calculs urinaires : les plus fréquents sont les calculs de struvite (ou calculs phosphoammoniacomagnésiens). On trouve aussi des calculs d’oxalate de calcium, ou encore des calculs de cystine.

Quels sont les symptômes pour le chat ?

Les symptômes n’apparaissent que lorsque les calculs, initialement présents dans la vessie, se déplacent et passent dans l’urètre. Le chat présente alors des difficultés à uriner et il a mal : il se met souvent en position pour uriner en miaulant mais il n’y a pas émission d’urine ou seulement quelques gouttes avec souvent du sang. De plus, l’urée n’étant plus éliminée, cela provoque rapidement des répercussions sur l’état général de l’animal. En effet, si le chat reste « bouché » pendant plus de 24 heures, il devient très abattu et anorexique. Parfois, des vomissements sont aussi présents. Si rien n’est fait, l’animal peut sombrer dans un coma et mourir.

Donc, lorsqu’un chat présente une obstruction urétrale, due ou non à des calculs urinaires, il s’agit d’une situation d’urgence et il faut rapidement emmener l’animal chez un vétérinaire.

Comment se fait le diagnostic ?

Le diagnostic se fera notamment par palpation de la vessie (remplie d’urine) associée aux différents symptômes.
Un examen cytobactériologique des urines révèlera la présence de cristaux s’il y en a et précisera la nature de ceux-ci. Cet examen permettra aussi de mettre en évidence une éventuelle infection urinaire concomitante.

Tout cela permettra de définir le traitement pour soigner le chat et ensuite éviter les récidives.


L’insuffisance rénale du chat

L’insuffisance rénale

chaton persan

L’insuffisance rénale est une défaillance des fonctions rénales. Le rein ne peut accomplir sa fonction d’élimination des déchets (toxines) produits par l’organisme.

“L’insuffisance rénale peut survenir de deux façons

– de manière aiguë, le rein ne peut soudainement plus assurer l’élimination des toxines. Les symptômes apparaissent brutalement et le mal est souvent réversible : le chat est abattu et mange peu ou plus du tout et présente souvent des vomissements et de la diarrhée.

L’insuffisance rénale aiguë peut apparaître suite à une lésion majeure du rein qui le rend incapable de fonctionner normalement. Le rein peut aussi être gêné dans son fonctionnement par des calculs situés dans la vessie ou dans l’urètre bloquant l’émission d’urine.

Le traitement

Le traitement repose notamment sur la mise en place de perfusions qui permettent de soutenir l’organisme et d’éliminer les toxines accumulées dans le sang.

– de manière chronique, le rein est détruit progressivement et de manière irréversible. Les perturbations sont perceptibles seulement à un stade déjà avancé de la maladie. Le chat boit et urine généralement beaucoup. Ces symptômes sont souvent accompagnés de vomissements, de diarrhée, de fatigue et le chat mange moins ou plus du tout. Il est souvent maigre et déshydraté et peut avoir des ulcères dans la bouche.”

Comment peut apparaître cette maladie ?

Cette maladie peut apparaître suite à une infection rénale, lors de lésion du rein, lors de problèmes urinaires répétés ou lors de cancers du rein.
Même si une partie du ou des reins est détruite l’est de façon irréversible, le traitement est possible et les chats peuvent vivre des années avec un traitement approprié. Le traitement va dépendre de la gravité des symptômes et est basé principalement sur une alimentation adaptée.


Prendre soin des yeux du chat

PRENDRE SOIN DES YEUX DU CHAT

Vétérinaire

Prendre soin des yeux de son chat est primordial. Les yeux et tout ce qui est en périphérie ou annexe (paupières, membrane nictitante, etc…) peuvent être le siège d’affections. Les plus courantes et les moins graves, si l’on peut dire, sont les conjonctivites et les blépharites. Les conjonctivites sont une irritation autour du globe oculaire. Les blépharites sont une inflammation au niveau des paupières. Ces inflammations sont considérées comme banales, mais non soignées peuvent dégénérer rapidement.

Lors de ces affections on constate souvent une rougeur de l’œil (due à l’irritation) et parfois aussi d’un écoulement relativement liquide comme des larmes, ou plus épais gluant et blanchâtre, ou même de pus en cas d’infection bactérienne. Il est souvent difficile aux propriétaires d’animaux de faire la différence entre du pus et du mucus… Il ne faudra donc jamais négliger un larmoiement des yeux, liquide ou non.

Sauf en cas virus, on peut limiter ces risques en nettoyant régulièrement l’œil et les paupières. Cette action a pour but d’éliminer les impuretés accumulées dans l’œil durant la promenade par exemple (poussière, brins d’herbe, etc…). Le nettoyage des yeux est essentiel pour les sécrétions qui encombrent notamment le coin de l’œil et les résidus de larmoiements avant toute application d’un collyre ou pommade ophtalmique.

IFrameA noter :

Chez les chats et les chiens avec un museau court et renfrogné, tel que le persan ou les boxers par exemple, ils ont tendance à présenter davantage d’écoulement larmoyant qui, si l’on n’y prend garde va vite s’agglutiner au coin de l’œil et leur occasionner un gêne non négligeable et salir le contour de l’œil. Cela se voit très vite chez les animaux au pelage clair, et si les yeux ne sont pas nettoyés quasi-quotidiennement, vous verrez apparaître une trace brunâtre inesthétique. Par ailleurs pour les animaux à poils longs, il est fréquent que les yeux soient irrités par le frottement constant des poils ; ce qui, à longue génère une forme d’irritation avec ou sans larmoiement. Pour eux, il est recommandé de nettoyer et d’irriguer régulièrement l’œil avec une solution oculaire.

La présence des larmes a un double rôle : Humidifier l’œil et le protéger. Ces larmes, comme chez les humains, s’écoulent ensuite dans le nez via les canaux lacrymaux situés dans le coin interne des yeux. Chez la plupart des races, les canaux sont droits et les larmes s’évacuent aisément. En revanche, ces canaux présentent une forme courbe ou écrasée chez d’autres (persans, carlins…). Quand ils se bouchent, les larmes s’écoulent alors vers l’extérieur de l’œil laissant apparaître les traces évoquées ci-dessus.

Je pense que vous comprenez mieux pourquoi les yeux, comme les paupières, doivent recevoir des soins réguliers avec le produit le mieux adapté que vous conseillera votre vétérinaire ou, à défaut (dans l’urgence) votre pharmacien.

Comment procéder au nettoyage des yeux ?

On doit exclusivement utiliser un produit oculaire adapté aux animaux.

Ne jamais utiliser de solutions oculaires destinées aux humains (question de PH entre autres). De plus le produit retenu (quand ce n’est pas le vétérinaire qui le conseille) doit, non seulement, avoir un pouvoir nettoyant, il ne doit être antiseptique et non irritant.

Ce produit pourra être utilisé pour un lavage de l’œil (quelques gouttes dans l’œil suffisent) ou en compresse. Pour les compresses toujours utiliser de la gaze (bien imbiber la gaze et laisser en place 2 ou 3 minutes –une fois ramollies les sécrétions s’enlèveront facilement) car des fibres du coton pourraient se déposer sur l’œil… générant bien évidemment une irritation supplémentaire (ou l’aggraver) ou de la gêne.

Pourquoi un vétérinaire conseille d’utiliser une solution oculaire adaptée à votre chat ou à votre chien : D’une part pour une question du PH des larmes. D’autre part parce qu’elle contient un antiseptique capable d’éliminer la présence de bactéries.

Ha oui, les vétérinaires déconseillent dans la plupart des cas d’utiliser de l’eau, même bouillie, car elle ne peut agir en osmose avec les larmes, le PH peut différer risquant d’aggraver la situation… J’ai découvert cela depuis peu… non pas pour un de mes chats, mais pour mon petit-fils suite à une allergie… Le véto m’a confirmé que c’était pareil pour les animaux… Et l’eau, même bouillie (donc à nos yeux débarrassée de certaines impuretés), ne contient de produit antiseptique.


error: Contenu protégé !!!