Étiquette : stress chat

Communication et psychologie féline

 Communication et psychologie féline

Décodez le langage de votre chat ! : Postures, miaulements, marquages….

 

Biographie de l’auteur

Valérie Dramard est vétérinaire comportementaliste diplômée. Elle soigne les troubles du comportement du chien et du chat depuis près de 15 ans. Passionnée par son métier, elle fut l’une des premières en France à ouvrir un cabinet vétérinaire exclusivement réservé aux consultations de comportement. Elle participe à la formation des éducateurs de chiens- guides d’aveugle.

Présentation de l’éditeur

Le chat utilise des moyens de communication bien spécifiques pour nous “parler”. Mais interprétez-vous bien les messages qu’il vous envoie et y répondez-vous avec justesse ? Spécialiste du comportement animal, le docteur vétérinaire Valérie Dramard a mis au point 20 tests pour vous aider à évaluer si vous êtes un pro de la communication féline. Pour chaque test, l’auteur vous apporte d’abord toutes les informations indispensables, puis vous donne, en fonction de vos résultats, des conseils précis pour améliorer la communication avec votre chat. Découvrez ce qui se cache sous les attitudes de votre chat et renforcez votre complicité !

chat

Miaulement

Le miaulement est le cri du chat. En général, le chat est d’un tempérament plutôt discret. Par contre, il peut miauler pendant des heures lorsqu’il cherche à se faire remarquer, que ce soit pour réclamer sa nourriture, ou pour demander qu’on lui ouvre une porte, par exemple.

Miaulement saccadé

Plus rare, le chat émet un miaulement saccadé d’intensité faible lorsqu’il voit une proie hors de portée comme un oiseau ou un insecte volant. Et parfois même en regardant une émission animalière à la télévision, par exemple.

Ronronnement

Dès le début de sa vie, le chaton en tétant ronronne, et sa mère lui répond. Ces vibrations sonores de tout le corps chez la plupart des félins (et aussi chez d’autres animaux) dont le mécanisme et l’utilité sont encore mal expliqués se manifestent lorsque l’animal est en état de plaisir mais aussi en souffrance. Il s’agit d’un mouvement coordonné mettant en jeu la glotte, le larynx, et certains muscles. Stressé, blessé et même en mourant, le chat peut ronronner. Cet état, comme le sommeil, pourrait être réparateur pour l’organisme du chat..

Sommeil

Le chat dort en moyenne 15 à 18 heures par jour. Il reste ainsi éveillé environ 6 à 9 heures, dont une partie la nuit pour chasser. On l’utilise fréquemment dans le cadre d’expérimentations sur les cycles du sommeil. D’après des études, le chat est l’animal ayant la plus grande proportion de phases de sommeil paradoxal pendant lesquelles il rêve. Durant ces phases, l’activité électrique du cerveau, des yeux et des muscles est très importante.

Chasse

Chez le chaton, on observe souvent des jeux de “chasse”, preuve que celle-ci est instinctive. Le chat a tous les atouts d’un bon chasseur, sauf un: l’endurance à la course. Sa technique de chasse met donc en avant ses facultés de camouflage conférées par son pelage, créant un effet de surprise. Tapis au sol, il avance le plus près possible sans se faire repérer, observant silencieusement sa proie. Au moment qu’il juge opportun, il se jette sur sa victime pour l’immobiliser et la mordre au cou généralement.

Même s’ils sont friands de poissons, il est rare de voir un chat pêcheur, puisque généralement ceux-ci n’aiment pas l’eau. Leurs proies les plus courantes sont des rongeurs, lézards, mais aussi de petits oiseaux.

Bien que ces présents soient peu appréciés de leurs destinataires, les chats “offrent”  parfois des souris, oiseaux ou autres animaux à leurs maîtres, en les déposant  devant les portes ou fenêtres de leur foyer.

Comportement félin: Chat avec sa proie


COMMENT PRESENTER UN NOUVEAU CHATON A SON CHAT ?

Comment présenter un nouveau chaton

Mon Livre Numérique vendu sur Amazon

Cliquez sur la couverture du Livre

Comment bien accueillir son chat

0.99e

séparation

Vous avez décidé d’adopter un nouveau chaton et vous pensez que cela va faire plaisir à votre vieux “matou”… Ceci est loin d’être évident ! Les chats sont des animaux territoriaux, qui n’aiment pas les changements dans leur environnement, et en particulier l’arrivée d’un nouveau compagnon. Sifflements, crachats, votre salon peut vite se transformer en champs de bataille. Voici quelques conseils pour réussir au mieux cette cohabitation.

Avant toute chose

Si vous souhaitez posséder deux chats dans votre foyer, le mieux est de les adopter en même temps, ou d’adopter le deuxième le plus tôt possible. L’acceptation sera d’autant meilleure s’il n’y a pas une grande différence d’âge entre les deux chats. Un vieux chat aura du mal à supporter l’espièglerie d’un chaton. Jouer, mimer des scènes de combats font partie du comportement normal d’un chaton et celui-ci va solliciter son compagnon. Plus votre premier chat est jeune, plus l’adaptation à la nouveauté sera facile. On estime qu’avant l’âge de 4 ans, un chat accepte très facilement la venue d’un nouveau chat.

 

Rivalité entre mâles

En général les chats de sexes opposés s’acceptent mieux, la cohabitation entre femelles est en général assez bonne. La stérilisation a tendance à diminuer les conflits. En revanche, la rivalité entre deux mâles est toujours importante. Les mâles, même castrés, sont en effet très territoriaux. Une chose essentielle à considérer est la personnalité de vos deux chats. Le caractère du nouveau chat doit “coller” le plus possible à celui du plus ancien.

 

Planifier la venue du chaton

L’introduction du nouveau chaton doit être planifiée avec soin. Il faut tout d’abord s’assurer que les tests FIV, leucose ont été effectués et que les vaccinations et les traitements antiparasitaires sont à jour. La plupart des chats ne sont pas prêts à accepter un nouveau membre dans la famille, ils ont besoin de temps pour s’habituer à l’idée. Il est important d’avoir de la patience et ne pas précipiter les choses. La rencontre doit se faire avec prudence.

Isoler le nouvel arrivant

A son arrivée, le nouvel arrivant est isolé dans une pièce, par exemple une chambre, de façon à ce qu’il n’y ait aucun contact visuel possible entre les deux chats. Ouvrez sa caisse de transport et laissez-le explorer sa chambre tranquillement. Prenez cette caisse de transport, et laissez-la dans le salon, à la portée du chat de la maison afin qu’il puisse l’explorer. Observez son comportement : il peut se mettre à grogner, et même s’attaquer à la caisse ou l’approcher juste avec curiosité et la renifler avec enthousiasme. Laissez cette caisse jusqu’à ce qu’il n’y porte plus aucun intérêt. Une heure environ après avoir enfermé le chaton dans la chambre, vous pouvez y retourner. Les chats ont besoin d’explorer leur environnement avant de pouvoir interagir socialement. Asseyez-vous calmement et laissez-le s’approcher de vous, sans forcer le contact. Venez ainsi le voir 3 ou 4 fois par jour dans sa pièce.

Rassurer votre vieux compagnon

Le chat de la maison peut commencer à grogner lorsque vous revenez vers lui car vous sentez « l’intrus ». Il va probablement se poster devant la chambre d’isolement et se mettre à renifler la porte. Ne passez pas à la deuxième étape avant que les réactions hostiles à l’odeur du chat, de la porte et de la caisse de transport ne cessent. Il est important de vous comporter avec votre chat de manière habituelle, en lui accordant du temps et le rassurant. Lorsque vous sentez que votre chat s’est habitué à l’existence limitée du nouveau venu, il est temps de passer à la deuxième étape, c’est-à-dire faire en sorte qu’ils se voient mais sans contact physique.

 

Le face-à-face

Enfin passez à l’étape finale lorsque les chats semblent relativement calmes en présence de l’autre et que les sifflements et grondements sont minimes. Vous ouvrez alors la porte de la chambre, en restant à l’écart. S’ils commencent à se battre, tapez dans vos mains ou criez de façon à les effrayer, sans essayer d’intervenir en prenant un chat dans vos bras. Le processus complet peut prendre de plusieurs jours à plusieurs mois ou plus. La patience est de mise !

 

IMPORTANT

Identifier les signes d’anxiété

Vous devez surveiller les signes de stress.
Toilettage excessif, vomissements après le repas, malpropreté sont par exemple des signes d’anxiété. Il est important de leur fournir deux litières et deux espaces de repas séparés pour limiter le stress.
Avec le temps, ils peuvent déclarer une trêve et même se rapprocher (se toiletter mutuellement ou même partager des aires de repos). Il se peut qu’ils finissent par devenir les meilleurs amis du monde…


error: Contenu protégé !!!