Le Typhus

le thyphus

La maladie touche généralement les chatons, ou les adultes provenant d’une chatterie. L’incubation est de 2 à 4 jours. Ensuite, on peut noter l’apparition de fièvre. Le chat est prostré et perd l’appétit. Des diarrhées et des vomissements déshydratent fortement l’animal. La maladie évolue vers la mort si un traitement n’est pas mis en place rapidement.
Le diagnostic de certitude se fait par prise de sang (un des symptômes majeurs se traduit par une baisse importante des globules blancs dans le sang) puis recherche du virus dans les selles de l’animal.

Lorsque la chatte est infectée par le virus pendant la gestation, les chatons souffrent de lésions nerveuses invisibles à la naissance, mais qui apparaitront lorsqu’ils commencent à marcher. Les chatons n’ont alors aucun équilibre, et sont incapables de se déplacer. Il s’agit de l’ataxie cérébelleuse du chaton, maladie hélas incurable.

Traitement et prévention du typhus du chat

Le traitement est malheureusement aléatoire et dépend fortement de l’état général de l’animal. Il consiste en une réhydratation (perfusions), et à la prise de médicaments anti-vomitifs et anti-diarrhéiques mais aussi d’antibiotiques. Une alimentation par sonde est souvent nécessaire, d’où hospitalisation fréquente des animaux atteints.
Le meilleur moyen d’éviter la maladie est la vaccination. Elle se pratique en deux injections à un mois d’intervalle, possibles dès l’âge de deux mois, avec rappel tous les un à deux ans.

État clinique

L’incubation après exposition au virus est de 2 à 6 jours. La maladie s’observe généralement chez le chaton de 6 à 14 semaines (et parfois beaucoup plus tôt si les chatons n’ont pas ingéré d’anticorps maternels – chatons orphelins
Forme suraiguë : mort subite du chaton en 4 à 9 jours, avec douleurs abdominales, sans élévation de température ;

Forme aiguë : vomissements, douleurs abdominales et fièvre, abattement et anorexie, diarrhée (parfois hémorragique) là aussi aboutissant au décès du chaton non traité, par déshydratation et surinfections bactériennes.

Forme subaiguë : abattement et diarrhée pouvant s’installer de façon chronique.

La maladie est souvent moins grave et curable chez le chat adulte, où les infections sans signes cliniques sont fréquentes.

A SAVOIR

Désinfection et mesures d’hygiène :
Le parvovirus est très résistant dans le milieu extérieur. En revanche, il est très sensible à l’eau de javel qu’il faut utiliser diluée (beaucoup plus efficace que pure) au 1/32ème ou au formol dilué au 14/100ème.
Le risque de contamination est en effet majeur dans les populations félines concentrées (élevages et ponctuellement expositions) et la maladie explose périodiquement dans les collectivités au statut sanitaire non satisfaisant. Il est nécessaire de favoriser les cages personnelles dans les expositions, isolant beaucoup mieux le chat et il ne faut pas laisser les visiteurs caresser les animaux.

Informations légales et réglementation

Le typhus est inscrit sur la liste des vices rédhibitoires pour le chat.
Le délai de rédhibition est de 30 jours à condition que le vétérinaire ait rédigé un certificat de suspicion dans les 5 jours qui suivent l’achat.
Cela signifie (dans le cas d’un chaton acheté en élevage ou en animalerie) que l’animal est censé être indemne de cette maladie, et que l’acheteur peut exiger un remboursement de l’animal si celui-ci déclare la maladie dans les 5 jours suivant l’achat.
Comme il est impossible d’obtenir un diagnostic de certitude en 5 jours, il est nécessaire que le vétérinaire remplisse un certificat de suspicion (s’il pense que le chaton présente des symptômes du typhus) dans ce délai. Le vétérinaire dispose ensuite de 30 jours pour confirmer (ou non) son diagnostic.

En cas de réponse positive certifiée, l’acheteur est en droit d’exiger le remboursement de son animal.

Source : http://www.loof.asso.fr/sante/typhus.php